• Michel Chlastacz

Un protocole État-Pays de la Loire pour pérenniser les petites lignes


26/10/2020 - Le 16 octobre 2020, l’assemblée régionale des Pays de la Loire a adopté le « protocole » signé avec l’État, un document qui organise formellement le financement des infrastructures ferroviaires qui desservent le territoire régional. Selon ce protocole ces lignes se trouvent classées en trois catégories.

La première regroupe les « lignes d’intérêt national » qui, outre les LGV et les grandes lignes structurantes, incluent désormais les parties régionales de la rocade Caen-Alençon-Le Mans-Tours et de la transversale Nantes-La Rochelle-Bordeaux.

La seconde catégorie est celle des « lignes d’intérêt régional dont les investissements d’infrastructures ont vocation à rester financés dans le cadre des CPER » avec des taux de participation de l’État de 20, 30 ou 40% selon les cas.

Ces lignes regroupent l’essentiel du tissu ferroviaire régional avec les axes Nantes-Châteaubriant (et Châteaubriant-Rétiers, partie régionale de Châteaubriant-Rennes), Clisson-Cholet, Cholet-La Possonnière, Nantes-Saint-Gilles-Croix-de-Vie, (Nantes) Sainte-Pazanne-Pornic et La Roche sur Yon-Les Sables-d’Olonne.

La dernière catégorie concerne Bressuire-Chantonnay-La Roche sur Yon dont les charges d’infrastructure seront à 100% assumées par la Région, qui a confié une étude à SNCF Réseau pour « déterminer le montant des travaux à engager pour maintenir le fonctionnement de la ligne ».

La Région y a ajouté l’antenne (La Roche sur Yon) Chantonnay-Les Herbiers (23 km)* aujourd’hui fermée mais qui permettrait de relier La Roche sur Yon aux Herbiers en 24 minutes tout en desservant le parc du Puy du Fou.

Les résultats d’une première étude régionale sur les potentiels de trafic seront connus fin 2020 avant le lancement d’une seconde sur les infrastructures et les coûts.


* Cette antenne comme celle du train touristique de Vendée Les Herbiers-Les Épesses Mortagne-sur-Sèvre (20,5 km) est une partie subsistante de l’ancien itinéraire Cholet-Fontenay le Comte. Voir Mobilités Magazine, 1er novembre 2018.