• Michel Chlastacz

Un plan des Grünen allemands pour les trains de nuit européens


07/10/2021 - En raison de sa position géographique, l’Allemagne doit jouer un rôle central pour le développement des trains de nuit à l’échelle européenne et donner l’exemple dans le remplacement des lignes aériennes à moyenne distance par le train.


C’est en substance l’un des messages du programme ferroviaire des Grünen, les écologistes allemands, programme présenté à la mi-septembre 2021, deux semaines avant les législatives qui leur ont donné la troisième position avec un peu moins de 15% des suffrages.


Ce programme préconise une réforme ferroviaire structurante mettant en avant les responsabilités en matière de réseau avec meilleure séparation entre infrastructures et exploitation. Afin de permettre l’expansion des infrastructures via électrifications et doublements ou quadruplements de voie*.


Parallèlement, il propose l’acquisition de nouveaux matériels roulants et la baisse des péages de DB Netz.

Comme le rééquilibrage des conditions de concurrence entre rail et avion. Avec la baisse de la TVA sur les billets ferroviaires internationaux ... et l’application de cette TVA sur les billets d’avion qui en sont dispensés !


Le programme critique en passant les lenteurs de la modernisation du réseau par DB Netz* liées aux manques de subsides. Deux fois moins que le secteur routier et autoroutier est-il précisé.


Il s’élève contre la décision de la Deutsche Bahn - avec l’agrément du gouvernement est-il souligné - de supprimer les trains de nuit en 2016. Alors que les ÖBB autrichiens gèrent aujourd’hui 19 relations de nuit à travers l’Europe centrale et Occidentale, donc via l’Allemagne, un nombre qui va passer à 28 d’ici 2024.


Aussi, les Grünen proposent la création d’un vaste réseau européen de trains de nuit totalisant 40 relations et qui intéresseraient 200 grandes villes, un grand nombre de villes moyennes et les grandes régions touristiques du Continent.



* L’argumentaire met en avant le retard important pris par les quadruplements du corridor paneuropéen Rotterdam-Gênes dans la Vallée du Rhin en comparaison de l’avance prise par les Suisses sur leur trajet. Même remarque concernant l’électrification en Allemagne du corridor X (Dresde-Wroclaw-Katowice-Cracovie-frontière ukrainienne) entre Dresde et la frontière polonaise.