• Jean-François Bélanger

Transport par câble : le Funiflaine est signé

16/06/2021 - Le projet de transport par câble Funiflaine, reliant Magland à Flaine en Haute-Savoie, a été lancé le 11 juin 2021, avec la signature d’un contrat de concession en faveur d’un consortium associant secteur public et privé. L’exploitation en a été confiée pour une durée de 25 ans à la Compagnie des Alpes.


Dans la vallée de l’Arve, depuis l’autoroute A40 et la gare de Magland sur la ligne Paris-Saint-Gervais-les-Bains, desservie aussi par les TER et le Léman Express, la signature de ce projet est un pied de nez à la conjoncture et un signe de confiance de la part des acteurs locaux.


funiflaine Haute-Savoie
Jean-Paul Constant, maire d’Arâches, Christian Monteil, président du conseil départemental de Haute-Savoie, et Laurent Wauquiez, président d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Un signe de persévérance aussi car cette idée de rejoindre vallée et montagne date de plusieurs décennies. Alors que le secteur du ski est à l’arrêt depuis deux saisons ou presque, 88,5 M€ Ht ont été réunis par des investisseurs publics et privés pour ce projet d’avenir.


La Haute-Savoie (26 M€) et Auvergne-Rhône-Alpes (21 M€) en sont les principaux contributeurs publics aux côtés du consortium retenu à l’issu de l’appel d’offres et composé du Crédit Agricole des Savoie, de Poma, de la Compagnie des Alpes et d’Autoroutes et Tunnel du Mont-Blanc, pour 30 M€.


Le financement ficelé, l’enquête d’utilité publique peut donc démarrer. La Déclaration d’Utilité Publique et le début des travaux sont attendus pour 2023 avec une mise en service prévue pour l’hiver 2025.


15 minutes de vol pour Funiflaine

Funiflaine aura 5,5 kilomètres de longueur, avec des cabines de 16 places, adaptables pour le fret, et un débit maximum de 2 000 personnes par heure, il disposera en son point culminant d’une gare intermédiaire au col Pierre Carrée.


Son usage ne sera pas limité aux seuls touristes mais bénéficiera à tous les résidents de la vallée de l’Arve (scolaires, militaires...). Au total 500 000 personnes, dont 150 000 en été, sont envisagées.


De bout en bout, il faudra 15 minutes au lieu de plus d’une heure parfois, selon l’enneigement et des encombrements. Au-delà du gain de temps c’est l’impact écologique qui est mis en avant.


La suppression de 86 000 voitures, 500 camions, 100 bus… conduira à diviser par 30 les émissions de gaz à effet de serre. Des prolongements sont possibles pour que cet équipement soit au service de l’ensemble des stations du Grand Massif, l’un des plus vastes domaines skiables de France.


Déjà, Jean-Paul Constant, maire d’Arâches-la-Frasse, a indiqué qu’il était en train d’étudier des transports connectés depuis sa station des Carroz jusqu’à la gare du col.


Un exemple pour l’avenir


Au-delà de la création de la gare de départ à Magland, il est aussi question de la connecter à une future halte TGV. « Avec la Région, nous financerons les équipements nécessaires et nous pouvons dire que demain, certains TGV à destination de Saint Gervais, s’arrêteront à Magland », promet Christian Monteil, président du conseil départemental de Haute-Savoie.


Cet ascenseur valléen se présente comme un moteur de la transition pour les stations françaises longtemps conçues autour de l’automobile. Si Flaine sera un exemple, d’autres initiatives pour limiter les voitures individuelles sont évoquées en montagne par Laurent Wauquiez, « Saint-Gervais, Chamonix, Morzine, La Clusaz… sans compter le projet de liaison entre les vallées de Maurienne et de Tarentaise, à Val Thorens », promet le président d’Auvergne-Rhône-Alpes, se montrant par ailleurs hostile au téléphérique lyonnais.