Fond-MM_edited.jpg
  • Michel Chlastacz

La TransPennine, grande vitesse britannique complémentaire


TransPennine

09/04/2021 - On l’appelle aussi « Northern Powerhouse Rail », en raison de l’importance des centrales électriques de la région ou « High Speed North », voire « Liaison Est-Ouest » compte-tenu de sa localisation.


C’est plus concrètement HS 3*, la ligne à grande vitesse 3 destinée à créer un itinéraire ferroviaire rapide entre Liverpool et Leeds en alternant sections nouvelles à construire et lignes existantes à moderniser.


Sa conception est mise au point en coordination avec celle de la seconde phase de la ligne HS 3, ce qui vise une réalisation d’ci 2040.


Un projet qui permettrait à la fois d’écourter significativement les temps de parcours et d’augmenter fortement les capacités. Afin de passer de 46 minutes et 4 trains par heure sur le trajet Manchester-Leeds à 26 minutes avec 6 trains par heure.


La démarche, approuvée par Network Rail, le gestionnaire d’infrastructures ferroviaires britannique, se fonde sur le projet d’électrification de bout en bout de la ligne transversale Est-Ouest dite « TransPennine » (Liverpool-Manchester-Huddersfield-Leeds-York/Selby, soit 118 km), une ligne qui traverse la chaine montagneuse éponyme située au nord de l’Angleterre.


S’ajouterait à cette électrification celle de divers raccordements afin de pouvoir former un ensemble cohérent.


C’est ce qui explique - outre les coûts élevés usuels en Grande-Bretagne - l’importance de cet investissement. Puisqu’il totalise 2 Mds £, l’équivalent de 2,36 Mds€. Alors qu’il ne représente en fait qu’une petite part du projet global incluant sections de lignes nouvelles et raccordements qui atteindrait de 10 à 15 Mds £, soit de 11,8 à 17,7 Mds€.


Cette transversale n’est actuellement équipée en 25 kV que dans sa partie Ouest entre Liverpool et Manchester. L’électrification complète qui s’achèverait en 2022-2023 abaisserait le temps de trajet à un peu plus d’une heure au lieu d’environ 1 h 30 aujourd’hui, au mieux.

L’opération se concentrerait la section Manchester-Leeds, et plus précisément sur le vieil itinéraire via Huddersfield qui, créé en 1846, comporte un complexe tunnel ferroviaire historique de 4,88 km parallèle à un tunnel fluvial très ancien (1811).

Ce choix d’itinéraire est lié à l’existence de voies désaffectées ou sous-utilisées ce qui permettrait - dans un second temps - de créer des sections de lignes nouvelles parallèles parcourables à 230 km/h.


Une solution d’envergure qui équivaut à un quadruplement de 13 km de l’itinéraire existant. Les meilleurs temps de trajet Liverpool-York pourraient être alors abaissés jusqu’à 40 mn, et ceux entre Manchester et Leeds à 30 mn.


* HS 1 comme « High Speed One » est la LGV entre le tunnel et Londres et HS 2 est le projet de LGV Londres-Birmingham-Manchester/Leeds. Dont la première phase est le tronc commun Londres-Manchester prévu pour 2030-2035 et la seconde les deux branches plus au nord vers Manchester puis Leeds.