• Hubert Heulot

Tramway de Nantes : Alstom promet 20% de réduction de consommation


12/01/2021 - « Dans une compétition qui a été très serrée avec les autres constructeurs, le coût global d’utilisation des rames a été une donnée sensible pour l’obtention du marché », explique Pascal Bolo, président de la Semitan (Société des transports de l’agglomération nantaise).

Le 7 janvier 2021, à Nantes, Jean-Baptiste Eyméoud, président d’Alstom France a annoncé pouvoir réduire encore de 20 à 25% la consommation électrique des tramways qui seront livrés à Nantes en 2023 par rapport à la dernière génération (avant les Citadis) des tramways Alstom.


Recyclabilité à 97%


La commande avait été annoncée par Alstom en octobre. Elle est de 200 M€ et portent sur 49 rames de 46 mètres de long chacune (comme à Strasbourg), d’une capacité d’emport de 300 personnes, soit 20% de plus que dans les rames actuelles. Le plancher bas intégral et les huit doubles-portes ouvrantes annoncent, sur le papier, 68% de la capacité totale d’une rame qui puisse monter ou descendre lors d’un arrêt de 30 secondes.


« Un progrès fondamental sur notre ligne 1 qui est la plus fréquentée de France et qui nous permettra aussi d’y accélérer la cadence de desserte », souligne Pascal Bolo. Les futures rames affichent aussi une « recyclabilité » de 97%.


Coût de réforme des anciennes rames inclus


En 2023, les nouvelles rames remplaceront celles - des Alsthom TFS - qui avaient « relancé » le tramway à Nantes en 1985. Elles ne pourront guère, elles, être recyclées.


Mais le coût de réforme de ces vieilles rames est inclus dans le nouveau marché qu’Alstom a conclu avec la ville de Nantes. Une autre façon, pour Alstom, d’illustrer son slogan, la « mobilité propre ».


Les 200 M€ d’investissement dans les transports publics sont fortement revendiqués par Johanna Rolland, la maire de Nantes : « Non on ne peut pas conjuguer tous les modes de déplacements, il faut choisir. Mais à côté des nouvelles mobilités que sont notamment le vélo et le covoiturage, nous croyons que nos concitoyens vont encore avoir un grand besoin de transports en commun. Nous les encourageons déjà grandement à les utiliser. En témoigne la diminution de 20% du prix des abonnements entrée en vigueur le 1er janvier dernier. Nous continuerons ! »


D’ici 2030, les transports publics doivent atteindre 16% des déplacements dans l’agglomération nantaise, d’après le dernier plan de déplacements urbains qu’elle s’est donnée.