• Pierre Cossard - Michel Chlastacz

Train à hydrogène : régions et Etat se mobilisent



02/02/2021 - Le 28 janvier 2021, les régions Occitanie, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est et Auvergne-Rhône-Alpes exprimaient dans un communiqué leur satisfaction à l’annonce officielle du déblocage de l’aide de l’État pour l’expérimentation du train à hydrogène Alstom dit Regiolis H2.


Cette aide finance tout d’abord la transformation de 14 rames Alstom Regiolis sur le site de Reichshoffen (Bas-Rhin). Des rames bi modes électro-diesel du parc existant et qui, en remplacement de leurs équipements de motorisation thermique, seront équipées de « packs hydrogène ».


Des ensembles qui associent pile à combustibles, réservoir d’hydrogène* et batteries lithium titanate (2 x 75 kW de puissance). Comme pour les « packs hydrogène » qui équipent déjà les rames allemandes I-Lint en service commercial près de Hambourg depuis 2018, cet équipement de présérie est conçu, expérimenté et produit sur le site Alstom de Tarbes.


Un projet à 130 M€


En août 2019, une étape avait été franchie, avec la commande par SNCF des premières rames financées par les régions. Le 29 janvier 2021, avec l'engagement du premier ministre de dédier une enveloppe de 47 M€, dont 25 M€ issus du plan hydrogène, un cap décisif a été franchi pour ce projet de déploiement du train à hydrogène, dont l'enveloppe financière totale est estimée à 130 M€..


Au-delà de l’investissement de l’Etat, les 83 M€ restant sont financés par les régions. L’Occitanie investira elle 42 M€ pour l'acquisition de trois rames, dont 15 M€ dédiés à la motorisation hydrogène vert.


La région Grand Est engage désormais de son côté les réflexions afin de déterminer à la fois les lignes qui seraient susceptibles de bénéficier de l’expérimentation des rames Regiolis H2 ainsi que le nombre de rames prototypes nécessaires.

* Des réservoirs de 160 à 180 kg de capacité contre 260 kg pour l’ « I-Lint allemand », compte tenu ici de la bi modalité électrique plus hydrogène.