• Michel Chlastacz

Trafics stimulés et chantiers multipliés : la difficile équation ferroviaire allemande


13/06/2022 - D’un côté, le billet à 9€ (voir Mobilités Magazine, 30 mai 2022) qui devrait augmenter significativement les trafics suburbains et régionaux.


De l’autre, les nécessités de maintenance et de modernisation du réseau ferré qui multiplient les chantiers... et les retards récurrents que subissent depuis de nombreuses années les usagers du réseau ferré allemand, puisqu’au printemps 2022 à peine plus de 70 % des trains sont à l’heure...


Une équation difficile à résoudre et quasiment inédite dans l’évolution récente du rail allemand. Elle a été d’abord exposée à la fin mai 2022 lors d’une conférence de presse de DB Cargo, la branche fret et logistique de l’opérateur ferroviaire historique d’Outre-Rhin.


Une branche dont les activités devraient être prioritairement affectées par les conséquences de ces travaux qui se dérouleront généralement sur une année avec des pics durant tout l’été 2022.


Ce qui réduirait d’un quart, voire plus les capacités de transport fret sur les lignes concernées par ces travaux. Mais les restrictions de capacités toucheraient aussi - quoique à un moindre degré - les trains de voyageurs dans la mesure où les axes qui seront concernés par ces travaux sont mixtes.


C’est ainsi le cas des grands corridors paneuropéens Rhin-Alpes et Scandinavie-Méditerranée transitant par le réseau allemand où, en dépit de nombreuses possibilités d’itinéraires bis existantes (à la différence de la situation du réseau français, ndlr.), les perturbations seraient importantes.


De plus, les lignes qui irriguent les secteurs urbains et suburbains de Francfort, de Munich et de Stuttgart seraient aussi particulièrement affectées.


Mais il s’avère que « l’entretien et la modernisation de ces grands axes sont des préalables indispensables si on veut ensuite pouvoir améliorer significativement la ponctualité » a estimé en substance, le 30 mai 2022, Richard Lutz, Président de DB AG.


Aussi DB Netz (l’équivalent allemand de SNCF Réseau) « met le paquet », puisque le gestionnaire allemand des infrastructures ferroviaires investit cette année plus de 13,5 Mds€ dans la maintenance et la modernisation du réseau...