Fond-MM_edited.jpg
  • Jean-François Bélanger

Sytral : troisième plan quadriennal en faveur de la sécurité


Pascal Mailhos et Bruno Bernard
A gauche, Pascal Mailhos, préfet de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, et Bruno Bernard, président du Sytral.

04/03/2021 - Le partenariat historique pour lutter contre l’insécurité, et favoriser ainsi l’attractivité du réseau de transport en commun lyonnais, vient d’être reconduit pour la période 2021-2024. Il est élargi à 9 communes signataires contre trois précédemment et en l’attente de nouvelles.


Ce partenariat associe l’ensemble des acteurs concernés par les actes d’incivilité et d’insécurité dans les transports en commun : l’autorité organisatrice, le préfet, le procureur de la République, gendarmerie, police, éducation nationale, maire, Keolis, Berthelet… Et depuis 2011, il a fait ses preuves.


Pour un réseau, qui frôlait avant Covid les deux millions de passages par jour, le taux d’insécurité annuel s’apprécie à un niveau acceptable, soit 0,32 atteintes par million de voyages. A titre de comparaison, cette moyenne, pour les agglomérations de plus de 250 000 habitants, se situe à 1,1.


Mais, pour conforter et améliorer cet objectif prioritaire, pour limiter au plus possible ces phénomènes, les moyens mis en œuvre, les concertations et la pédagogie doivent être encore améliorés. Chaque année, un budget de 26 M€ du Sytral est investi en outils et équipements.


A l’horizon 2024, 1 500 caméras équiperont l’ensemble des rames de métro reliées en direct au Pc Sécurité qui fonctionne 24/24. De son côté, Keolis effectue une partie du travail.


L’opérateur sensibilise son personnel de conduite et engage 200 contrôleurs sur le réseau. En complément, un effectif d’intervention compte une cinquantaine de personnes, et il est fait appel aussi à une soixantaine d’autres intervenants privés, sans compter les contrats des agents « Ami » (Accueil Médiation Information).


Des initiatives sont également mises en œuvre, comme les descentes entre arrêts pour les services nocturnes, ou l’action en faveur des femmes seules.