Fond-MM_edited.jpg
  • Jean-François Bélanger

La SNCF et la Région Normandie expérimentent un biocarburant au colza


train biocarburant au colza

13/04/2021 - Depuis le 6 avril 2021, la SNCF mène, en partenariat avec la Région Normandie, un test sur la ligne Paris-Granville, avec une quinzaine de rames adaptées au biocarburant B100, tiré du colza. Des études vont être effectuées pour mesurer ses effets et envisager la suite à donner à cette expérimentation.


L’expérimentation en service commercial de l’utilisation du biocarburant B100 d’origine végétale et défini comme énergie renouvelable à la place du gazole, est l’une des initiatives qui s’inscrit dans la démarche « Planeter ».


Celle-ci, initiée l’année dernière, vise à réduire les émissions de CO2 et de particules fines de la SNCF sur son réseau TER. La ligne Paris Granville est cependant d’un profil particulier, puisqu’il pourrait presque être assimilé à celui d’un itinéraire Grandes Lignes.


La distance de bout en bout est en effet supérieure à 350 kilomètres pour une durée de transport supérieure à 3 heures, avec jusqu’à une douzaine d’arrêts intermédiaires.


Une quinzaine de rames Alstom Regiolis ont été adaptées à cette nouvelle motorisation sans donner lieu à des modifications trop importantes.


Elles circulent sur 5 allers et retours de Paris-Montparnasse à Granville et sur deux allers et retour entre Paris Montparnasse et Argentan. De même, une station service a été installée à Granville.


« C’est la SNCF qui a supporté le coût de cette expérimentation. Nous verrons en fonction de la suite qui lui sera apportée s’il convient ou non d’aménager la convention qui nous lie à la Région Normandie », envisage Jean-Philippe Dupont, directeur régional Normandie pour la SNCF.


L’optique de ces trois mois d’essai est de mesurer l’impact de ce biocarburant sur les émissions de CO2 et de particules fines. « Il conviendra aussi de tirer des leçons au niveau économique, en fonction de la consommation de ce carburant », complète Jean-Philippe Dupont.


Ensuite, il faudra sans doute compléter cette expérimentation sur d’autres axes présentant des caractéristiques différentes que le Paris Granville, ceci en vue de la validation de ce biocarburant.