• Michel Chlastacz

Sakhaline, le laboratoire hydrogène des chemins de fer russes


23/09/2021 - Le 8 septembre 2021, le gouvernement fédéral russe, les autorités régionales de l’Ile de Sakhaline, les RZD (Chemins de fer russes) et un consortium associant Rosatom* et le constructeur ferroviaire TMH (Transmashholding, le partenaire russe d’Alstom) ont signé un protocole de mise en œuvre de la traction à hydrogène sur le réseau insulaire avec la mise en place d’un réseau d’approvisionnement, de matériels roulants ad-hoc et d’ateliers de maintenance.


Une stratégie qui devrait être en partie stimulée par un partenariat avec la SNCF. Valerii Limarenko, gouverneur de Sakhaline a indiqué lors de la signature du protocole que sept rames de présérie à hydrogène seraient construites parallèlement à la création de points d’approvisionnement dans différentes gares du réseau de l’île. En même temps une section spécialisée de formation serait créée à l’Université de Sakhaline.


Alors que la conversion du réseau ferré de Sakhaline (2025 km au total) à la voie large russe de 1,524 m en remplacement de l’écartement historique japonais de 1,067 m bat son plein, l’objectif des Chemins de fer russes comme celui des autres modes de transport collectifs et individuels est de faire de l’île le véritable laboratoire de l’hydrogène en Russie.


* Ce groupe majeur de l’industrie nucléaire russe, à la fois gros producteur, gros consommateur et gros distributeur d’hydrogène, met en œuvre un vaste programme hydrogène appliqué au domaine des transports.