Fond-MM_edited.jpg
  • Michel Chlastacz

Le retour du Arménie azerbaïdjanais par l’Arménie


train Azerbaïdjan

05/02/2021 - Le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan pour le contrôle des accès à l’enclave arménienne du Haut Karabakh suivie de la défaite arménienne a des conséquences ferroviaires.


Ils se situent à l’autre extrémité de la région avec la prochaine remise en service de la ligne entre l’Azerbaïdjan et une autre enclave. Celle de Nakitchevan, enclave azerbaïdjanaise de 5500 km2 et de 400 000 habitants insérée au sud de l’Arménie le long de la frontière turque.


La ligne Bakou-Nakitchevan-Sadarak (616 km) est une section de l’itinéraire-bis par le sud du Chemin de fer Transcaucasien Bakou-Tbilissi et qui comporte une antenne vers Kars, en Turquie.


Elle dessert l’ensemble de l’enclave dont sa ville-capitale de Nakitchevan. Au départ de Bakou, la ligne longe la frontière iranienne sur 250 km puis doit traverser le territoire arménien sur 40 km pour rejoindre l’enclave. Aussi, elle est interrompue depuis le premier conflit arméno-azerbaidjanais de 1990-1991.


Sa réouverture le 1er mars 2021 après travaux de réhabilitation a été actée entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan par l’entremise de la Russie.


L’intérêt de l’opération se situe au-delà de l’Azerbaïdjan et de l’enclave puisque la ligne est reliée au réseau ferré iranien. Ce qui - au prix d’un changement d’écartement* - créée un second itinéraire ferroviaire Azerbaïdjan-Iran...


* Les réseaux ferrés des États caucasiens sont établis à l’écartement russe de 1,524 m.