Fond-MM_edited.jpg
  • Michel Chlastacz

Premiers résultats pour le Protocole Pays de la Loire-SNCF


train Pays de la Loire-SNCF

29/03/2021 - Le 17 mars 2021, la rencontre entre Christelle Morançais, présidente de la région des Pays de la Loire, et Jean-Pierre Farandou, PDG du groupe SNCF, a porté sur l’application du protocole qui a été conclu fin 2020 entre Région et SNCF dans le cadre de la Convention en cours concernant le financement du réseau ferroviaire régional et la perspective de l’ouverture à la concurrence.


Ce protocole prévoit une augmentation de l‘offre de transport TER de 11% de 2021 à 2023, dont 5% dès 2021.


Ainsi, la relation Nantes-Angers bénéficie depuis décembre 2020 de 4 allers-retours supplémentaires, auxquels s’ajoutent 4,5 allers-retours sur la section périurbaine Nantes-Ancenis (32 km), tandis qu’une relation supplémentaire Angers-Le Mans est créée.


Et fin mars, l’offre Nantes-Clisson-Cholet passera de 5 à 9 allers-retours quotidiens en raison de l’achèvement de la rénovation de la ligne Clisson-Cholet (voir l’actualité du 5 mars 2021).


Une opération financée à 70% par la région qui, en même temps, participe fortement à la modernisation en cours des lignes Nantes-Bordeaux (section La Roche-sur-Yon - La Rochelle) et Châteaubriant-Rennes et au remodelage de la gare de Nantes.


1001 gares

Parallèlement, Région et SNCF s’engagent dans la revalorisation des petites gares de proximité avec l’accueil de services et de commerces dans le cadre de l’opération « 1001 gares ». Une première expérimentation en gare de Nort-sur-Erdre sur la ligne du tram-train Nantes-Châteaubriant sera suivie de 12 autres projets en cours d’élaboration.


À plus long terme, la Région et la SNCF veulent accentuer la modernisation du réseau structurant, principalement les lignes Nantes -Rennes et Nantes-Angers-Sablé.


Un autre protocole est en cours d’élaboration, cette fois avec l’État, sur l’avenir des lignes de desserte fine du territoire. D’ici 2023, il devra répartir clairement dans ce domaine « les responsabilités entre l’État (via SNCF Réseau) et la Région quant au financement des travaux permettant de les régénérer, voire de les moderniser afin d’assurer leur pérennité ».


Ce protocole devrait aussi concerner des lignes plus structurantes comme la rocade Caen-Alençon-Le Mans-Tours où, de septembre à novembre 2020, une première phase de travaux d’infrastructures d’urgence a permis de retrouver la vitesse nominale de 140 km/h sur la section Alençon-Le Mans.


Avec la SNCF, la Région des Pays de la Loire s’engage également sur le déploiement de motorisations alternatives pour le parc des matériels roulants des TER, notamment l’essai de la traction à hydrogène.


Une première expérimentation dans ce domaine pourrait se concrétiser d’ici l’horizon 2030 sur l’Étoile ferroviaire du Mans. On semble viser ici la mise en œuvre de trains périurbains « passe Le Mans » qui utiliseraient une partie de l’axe Alençon-Le Mans-Tours qui n’est électrifié que sur le trajet de a traversée du nœud ferroviaire du Mans.