• Jean-François Bélanger

La réouverture de la ligne Brignais-Givors se précise



28/10/2020 - Le conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes va effecteur une réactualisation du coût nécessaire à la remise en service de la ligne Brignais-Givors dans la périphérie sud-ouest de Lyon.

Dans l’optique de sa réouverture au service des voyageurs, on s’achemine sur une ouverture en plusieurs étapes, avec le tronçon Brignais-Millery-Montagny, dans un premier temps.

Depuis plusieurs années existe une desserte TER par tram-train entre la gare de Lyon-Saint-Paul et Brignais. Au-delà, jusqu’à Givors, si les emprises de la ligne sont toujours la propriété de la SNCF, les rails de cette voie unique ont été déposés depuis 1995.

Aujourd’hui, en particulier sous l’impulsion de la Communauté de Communes de la Vallée du Garon (CCVG), il existe une volonté de poursuivre cette desserte de tram-train jusqu’à Givors. Pour cette collectivité, qui regroupe cinq communes et 31 000 habitants, ce prolongement est stratégique à plusieurs niveaux.

D’abord, il permettrait à Givors le bouclage de cette ligne avec celle de Sant-Etienne. Elle représenterait aussi une pénétrante dans l’agglomération lyonnaise, tout en soulageant la voie ferrée de la rive gauche du Rhône.

Enfin, elle assurerait sur la rive droite du Rhône la continuité au-delà de Givors vers le sud. « Il y a quelque temps, il nous fallait 30 mn en voiture pour aller à Lyon, aujourd’hui, nous en sommes à une heure », argumente Françoise Gourquelin, présidente de la CCVG.

Un discours similaire est entendu du côté de la Communauté de Communes voisine, celle du Pays Mornantais. Certes le dossier n’est pas nouveau et plusieurs études ont déjà été faites précédemment sans prolongement.

5 km et 20 M€ pour Brignais-Millery-Montagny

La totalité de la ligne, soit une quinzaine de kilomètres, représenterait une enveloppe de 100 M€. Pour démarrer, l’investissement dans la portion entre Brignais et Millery-Montagny, soit 5 kilomètres, se situerait autour des 20 M€.

Une fois le coût affiné, en début d’année prochaine, il faudra monter le partenariat financier, sachant que l’ensemble des collectivités territoriales sera sollicité.

Les élus et les milieux économiques comptent aussi sur l’élan et les moyens promis par le gouvernement dans le plan de relance du ferroviaire.

Depuis Givors serait organisées des haltes à Grigny, Millery-Montagny et Vourles avec, en chaque point, des parkings-relais. Celles-ci donneraient accès à cette ligne de tram-train aujourd’hui terminus à Brignais, bénéficiant déjà d’une desserte à la demi-heure, et permettrait d’accentuer sa fréquentation qui s’établit aujourd’hui à 8 000 passagers par jour.