• Michel Chlastacz

Réouverture à épisodes pour Carcassonne-Quillan


02/11/2021 - C’est, comme Ales-Bessèges, Montréjeau-Luchon et Rodez-Séverac*, Carcassonne-Quillan (52 km) est l’une de ces « petites lignes » que la région Occitanie veut rouvrir au trafic TER depuis les États Généraux du Rail et de l’Intermodalité.


On peut considérer aujourd’hui que la moitié de l’objectif est atteint, mais l’autre semble plus long à réaliser. Si la section Carcassonne-Limoux (26 km) a été rénovée en 2017 avec relèvement de la vitesse à 90 km/h et qu’elle assure un trafic de huit allers-retours TER quotidiens, la section Limoux-Quillan reste fermée au trafic et toujours en l’attente de sa rénovation.


L’étude d’Avant Projet (AVP), qui n’a été lancée qu’en janvier 2021, prévoit notamment le renouvellement intégral (plate-forme, voie, ballast) de 18,7 km des 28 km de son tracé.


Elle prévoit aussi des remplacements ponctuels de voie et de ballast sur le kilométrage restant, l’automatisation de quatre passages à niveau et la fermeture de deux autres, la rénovation de 21 ponts-rail, de 47 murs de soutènement et de 108 petits ouvrages et le remplacement de 28 km de câbles, auxquels ’ajoutent la modernisation des gares et points d’arrêts (quais, abris) et l’installation de distributeurs de billets.


Le lancement des travaux est prévu pour 2024 afin d’aboutir à une réouverture à la fin de 2025. Avec une offre de redémarrage à hauteur de cinq allers-retours journaliers et au prix d’un investissement de 54 M€.


La ligne Carcassonne-Limoux-Quillan-Rivesaltes, construite en plusieurs étapes de 1875 à 1904 par le réseau du Chemin de fer du Midi avait été conçue comme une sorte d’itinéraire-bis Toulouse-Carcassonne-frontière espagnole.


Elle a été fermée aux trafics voyageurs entre Quillan et Rivesaltes (70 km) dès 1939, une section qui est aujourd’hui parcourue par un train touristique sur une partie de son tracé.


La partie Carcassonne-Quillan maintenue, qui avait fait l’objet d’essais d’un curieux système d’autocar sur rails (système Talon) de 1943 à 1946 avant de revenir à la circulation d’autorails classiques, avait été finalement fermée en 2015 en raison de l’état de la voie.


 

* Voir « Mobilités Magazine », des 6, 7 et 15 octobre 2021.