• Jean-François Bélanger

Railcoop : vers une saisine de l’Autorité de Régulation des Transports ?


Dominique Guerrée, président de Railcoop, au siège de Figeac.

12/10/2021 - Conformément à la réunion de son conseil d’administration du 5 octobre 2021, la direction générale de Railcoop a décidé de retarder de six mois la réouverture de la ligne Bordeaux-Lyon prévue en juin prochain, suite à des difficultés de négociation avec SNCF Réseau.


Prévue en juin de l’année prochaine, la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) Railcoop vient de décider de reporter au 11 décembre 2022, son lancement de la ligne Bordeaux-Lyon, abandonnée par la SNCF depuis 2014. Cette décision fait suite à de nombreux désaccords avec SNCF Réseau des Régions Nouvelle Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes.


« A huit mois de l’ouverture prévue, SNCF Réseau ne nous a toujours pas donné de garanties suffisantes pour les horaires de la liaison entre Bordeaux et Lyon », explique Dominique Guerrée, président de Railcoop.


Au départ, la SCIC entendait exploiter trois liaisons quotidiennes entre les deux capitales régionales, et elle avait déjà dû abandonner celle de nuit car SNCF Réseau ne pouvait pas assurer l’ouverture en totalité de cette ligne en période nocturne pour des questions de personnel.


Railcoop a donc envisagé, en sus des deux allers-retours Bordeaux-Lyon, un aller-retour Limoges-Lyon et un aller simple Montluçon-Lyon.


Aujourd’hui, d’autres obstacles voient le jour pour les deux autres relations envisagées initialement. « Nous n’avons toujours pas reçu d’assurance pour les horaires que nous avons demandés depuis huit mois », explique Dominique Guerrée.


SNCF Réseau justifierait cette absence de confirmation du fait des périodes horaires non couvertes par les salariés de la SNCF, cequi nécessiterait des embauches supplémentaires.


« SNCF Réseau nous a demandé de participer à ces coûts supplémentaires et notamment à celui de leur formation », ajoute Dominique Guerrée.


Vers une saisine de l’ART ?


A cela s’ajoute, en l’état actuel, un problème supplémentaire, un terminus de cette ligne desservant Périgueux, Limoges et Montluçon, depuis Bordeaux, et qui pourrait être en fait à Roanne, soit à 70 kilomètres de Lyon !


« Poursuivre le trajet avec un transfert en autocar entre Roanne et Lyon n’aurait aucun sens. Ce n’est en aucun cas notre projet », assure Dominique Guerrée, qui s’interroge sur la possibilité de saisir formellement l’Autorité de Régulation des Transports dans le cadre d’une procédure d’infraction.


Avant de nouvelles propositions de SNCF Réseau, Railcoop, qui a obtenu sa licence d’opérateur ferroviaire et reste en l’attente de son certificat de sécurité, préfère se mobiliser sur le démarrage de l’exploitation ferroviaire dans le domaine du fret, toujours prévu mi-novembre dans le sud-ouest.