• Michel Chlastacz

Le rail de plus en plus sécuritaire selon l’UIC



26/11/2020 - Sans les intrusions extérieures et les passages à niveau, ce serait presque parfait, serait-on tenté de dire... C’est ce qu’on peut retenir du traditionnel rapport annuel de l’UIC (Union Internationale des Chemins de fer) sur la sécurité ferroviaire présenté le 18 novembre 2020.


Avec 1560 accidents dits « significatifs » relevés en 2019 sur le périmètre historique des 13 membres de l’Union participant à l’enquête annuelle depuis 2006*, on constate une baisse de 11% en comparaison des résultats de 2018.


Il s’avère également que 75% du nombre de ces accidents reste lié à des « intrusions sur l’infrastructure », puisque 98% des décès constatés concernent des tiers, ce qui pose le problème des « incivilités », selon le rapport.


Seconde cause, à hauteur de 15% du total, les « franchissements intempestifs de passages à niveau », cause assez proche de la précédente. Tandis que « les personnes heurtées sur un quai ou ayant chuté depuis un train ou un quai ne représentent plus que 1% des accidents », constate-t-on.


Les accidents impliquant les exploitants ferroviaires, en raison de « causes internes » ou de « défaillances techniques, organisationnelles ou humaines », ne totalisent que 7% de l’ensemble. Et les 2% restants sont liés à des « conditions météorologiques et environnementales ».

L’indice de sécurité UIC (calculé et pondéré en fonction de la typologie et de la cause des accidents comme du nombre et de la catégorie des victimes) continue de décroitre pour s’établir à 7,56 en 2019 chez les membres « historiques ».


Il est de plus 7,55 chez les nouveaux membres pour aboutir à un indice de 15,11 (-1,5% par rapport à 2018).


Les enquêteurs de l’UIC sont « conscients qu’en raison de l’épidémie et des restrictions de circulations imposées dans une majorité de pays, les résultats de 2020 ne seront absolument pas comparables aux années précédentes ».


*Un périmètre récemment élargi de 25 à 31 membres avec l’entrée en 2019 et 2020 des Chemins de fer grecs, russes, ukrainiens, coréens, gabonais saoudiens et du Finlandais FtiA. Le nombre des accidents chez les nouveaux membres totalisait 2517 en 2019, une importance liée au poids des réseaux russe et ukrainien.