Fond-MM_edited.jpg
  • Michel Chlastacz

Quand le train Corail redevient une idée nouvelle


train corail intercités

02/03/2021 - Selon l’AFP, citant ici une information du site Mobilettre, la SNCF aurait l’intention - dès 2022 - de relancer des relations inter villes sur lignes classiques sur des axes parallèles aux Lignes à Grande Vitesse.


Cette opération vise à reconquérir des segments de clientèles qui ont été séduites par les Cars Macron ou par le covoiturage.


Des segments qui ont aussi, au fil des années été rebutées par les coûts jugés élevés des TGV et par la disparition progressive de l‘offre alternative grandes lignes des trains Inter Cités, les trains Corail d’autrefois.


Les axes visés par la SNCF d’ici 2022-2023 sont à la fois nationaux et inter régionaux* et concerneraient pas moins de 2500 km de lignes, avec des relations Paris-Lyon-Marseille, Paris-Le Mans-Rennes, Paris-Le Mans-Angers-Nantes, Paris-Orléans-Tours-Poitiers-Angoulême-Bordeaux et Lyon-Valence-Marseille-Nice.


La difficulté d’intéresser des acteurs indépendants à ce segment de marché à la veille de l’ouverture des trains régionaux à la concurrence a été mise en lumière par l’insuccès des récents appels d’offres sur les relations Nantes-Bordeaux et Lyon-Nantes.


Aussi, la SNCF semble ici vouloir se fonder sur son expérience en matière de relations inter-villes pour relancer l’offre. Après l’avoir abandonné peut-être trop facilement en 2015-2016 avec la réforme des TET. Faute alors de volonté politique de l’« État- stratège ferroviaire »...


Un Etat qui semblerait au fil du temps aspirer à réellement devenir ce stratège dans un cadre politico-médiatique en quelque sorte « verdi ».


Puisque le gouvernement mènerait une réflexion parallèle à celle de la relance de trains de nuit. Qui impliquerait aussi le retour de certaines relations dites de Trains d’Équilibre du Territoire.


Parmi les différents acteurs intéressés, Régions de France avait été auditionnée sur ce même sujet à l’automne 2020...



* Il existe déjà des offres inter-régionales Paris-Dijon -Lyon et Lyon-Marseille. Alors que les Hauts de France et le Grand Est ont relancé respectivement une relation Paris-Lille et des relations Paris-Nancy-Strasbourg (voir sur ce sujet le n°46 de mars 2021 de Mobilités Magazine, à paraître).