• Pierre Cossard

Les promoteurs du vélo demandent plus


© Stephan Menoret/Nantes Metropole.

27/11/2020 - Dans une tribune signée le 24 novembre 2020 par l’ensemble des associations engagées dans la promotion du vélo comme transport alternatif, les différents acteurs réclament à l’Etat un investissement supplémentaire en faveur de ce mode.


Ils demandent par exemple à l’Etat « de sécuriser le financement de la pérennisation promise des aménagements de transition, dites coronapistes, en abondant le fonds vélo de 100 M€ supplémentaires dès 2021 ».


Ils proposent par ailleurs « de financer la conversion cyclable de « territoires pilotes » dans toute la France : au moins une ville moyenne par Région et un territoire rural par département ».

En effet, si le vélo se développe très rapidement dans les métropoles, le potentiel est loin d’être atteint dans les villes moyennes et au-delà.


Selon ce document, « à terme, chaque territoire doit pouvoir se reconnaître dans un de ces projets pilotes, afin de réaliser que quand on y met les moyens, nos concitoyens adoptent massivement le vélo ».

Les différentes associations proposent aussi de reconduire pour 2021 le « Coup de Pouce Vélo » de 50 € qui permet de réparer sa vieille bicyclette.


Cette action aurait, selon elles, déjà permis de créer plus de 500 emplois, tout en donnant du pouvoir d’achat et du pouvoir de mobilité à près d’un million de personnes.

Par ailleurs, les mêmes souhaitent que des moyens soient donnés aux employeurs pour installer du stationnement sécurisé pour vélo.


Enfin, décidés à convertir la jeunesse aux bienfaits de ce mode, ils jugent indispensable de massifier immédiatement le déploiement du programme « savoir rouler à vélo ».


Ce programme consiste à apprendre à se déplacer à vélo en ville en école primaire pour savoir pédaler en autonomie vers les collèges.