• Michel Chlastacz

Le président d’Amtrak salue l’élection d’« Amtrak Jo »


17/11/2020 - Bill Flynn est depuis mars 2020 le président d’Amtrak la compagnie ferroviaire nationale des Etats-Unis et c’est sans doute le premier responsable d’entreprise publique à avoir salué publiquement l’élection de Jo Biden dès le 7 novembre.

Il est vrai que le nouveau président des États-Unis rappelle souvent qu’« il aime les glaces, les aviateurs et ... Amtrak ! ». Au point que cet usager régulier des services Intercity de la compagnie nationale entre sa ville de Wilmington dans le Delaware et Washington sur le grand axe du Corridor Nord-Est, est parfois surnommé « Amtrak Jo ».

Amtrak attend beaucoup du nouveau président, dans la mesure où, après une année 2019 durant laquelle le trafic avait augmenté de 4% et les recettes de 5,4%, la compagnie nationale a ensuite beaucoup souffert des conséquences de la pandémie de Covid-19.


La quasi-totalité des services a été interrompue, ce qui a mis en péril les recettes, alors que la compagnie avait déjà auparavant subi d’importantes restrictions de budget imposées par l’administration Trump.


Une situation qui a notamment amené l’entreprise à se séparer récemment de 20% de ses effectifs.


Paradoxalement, la crise sanitaire apparait être - à moyen et long termes - une formidable opportunité d’avenir pour Amtrak.

Dès 2022, les 28 nouvelles rames Acela d’Alstom, qui seront en service sur le Corridor Nord-Est et y rouleront à 257 km/h, vont donner une image dynamique du rail qui aidera à stimuler les développements de l’offre de l’opérateur, notamment l’extension de ses services sur trois grands corridors intervilles*.


Amtrak milite également en faveur de la création d’une agence fédérale chargée des infrastructures ferroviaires, à l’image de celle qui avait été mise en place il y a quelques décennies pour développer les autoroutes.


Agence qui permettrait de relancer la modernisation d’un réseau devenu largement obsolète et de faire avancer de grands projets déjà amorcés, comme le Gateway Program de New York avec un nouveau tunnel sous l’Hudson entre Newark et Pennsylvania Station qui double les capacités d’accès à Manhattan.


* Buffalo-Cleveland-Detroit, Jacksonville-Atlanta et Indianapolis-Louisville.