• Michel Chlastacz

Premier bilan des destructions d’infrastructures ferroviaires en Ukraine


10/06/2022 - Après plus de trois mois de conflit russo-ukrainien, un premier bilan des destructions touchant les transports a été présenté par Olexandr Kubratov, ministre des Infrastructures du Gouvernement ukrainien.


Un chiffre global aujourd’hui estimé entre l’équivalent de 28 à 37 Mds€ dans les domaines des ports, des voies ferrées, des routes et des aéroports*.


Un bilan qui inclut aussi bien les équipements que les ouvrages d’art mais ne prend pas en compte les pertes en matière de matériels roulants (ou aériens).


Plus concrètement, ce sont 23 000 km de routes et 300 ponts routiers qui auraient été détruits, endommagés ou affectés par des attaques qui ont causé au minimum des interruptions temporaires de trafics.


Ces mêmes types d’estimations concernent 6000 km de lignes et 20 gares dans le domaine des infrastructures ferroviaires.


Des infrastructures pour lesquelles le ministre insiste particulièrement sur trois exemples. Celui de la destruction du viaduc rail-route de la « Passe du Dniestr » à Liman, un ouvrage stratégique situé sur l’axe international qui relie Odessa et la frontière roumaine, et sur ceux de la gare de Pavlohrad et du pont d’Irpien, au nord de Kiev, et objets des premières attaques russes.

Mais aussi parce que, indique Oleksandr Kubratov, ces deux derniers objectifs importants ont été remis en service en un temps record...


Hormis des frappes ponctuelles sur le complexe ferroviaire de Kjyv, la dernière importante attaque russe par roquettes intervenue à l’Ouest du réseau ferré ukrainien a eu lieu le 2 juin 2022 mais ici aussi sans dégâts significatifs, avec celle du nouveau tunnel des Beskides.



Achevé en 2018 avec une capacité de plus de 100 trains/jour, cet ouvrage qui remplace le tunnel historique de d’une longueur de 1,8 km est installé sur une déviation de l’axe entre Lviv, Stryj et la double gare frontière de Cop située aux confins de l’Ukraine, de la Slovaquie et de la Hongrie.


Cet axe ferroviaire éminemment stratégique se situe sur la section ukrainienne du Corridor paneuropéen V (Trieste/Vienne-Budapest-Bratislava-Lviv).

 

* Les destructions aéroportuaires militaires ne seraient pas intégrées dans ces estimations.