• Michel Chlastacz

Le « passe Malines », dernière étape de la grande vitesse belge


15/12/2020 - Le 14 décembre 2020 a vu l’entrée en vigueur du nouvel horaire ferroviaire 2020-2021, qui scelle l’achèvement du réseau à grande vitesse en Belgique.


Avec la mise en service commerciale du « passe-Malines », un contournement qui permet aux Thalys et aux trains Benelux en provenance ou à destination d’Anvers et d’Amsterdam de ne pas utiliser les voies de la ligne classique (la « ligne 25 » de la SNCB Bruxelles-Anvers) pour traverser sans arrêt la gare de Malines (Mechelen).


Cet ouvrage de contournement de 3,2 km de longueur lancé en 2013 et réalisé par TUC Rail sous la supervision d’Infrabel, équivalent belge de SNCF Réseau, a une originalité. Ce n’est... pas un contournement, mais en réalité deux voies parallèles aux voies existantes équipées de deux quais à hauteur de la gare qu’elles surplombent. Des voies jumelées à une « tangente routière urbaine » construite en tunnel et qui totalisent quatre ponts et viaducs.


Le « passe Malines » qui est et parcourable à 160 km/h maximum (au lieu de 100 km/h pour les voies de la « ligne 25 ») donne aussi accès au Diabolo, l’ensemble de raccordements ferroviaires qui connectent l’aéroport international de Bruxelles Zawenteem avec le réseau ferroviaire national belge.

Symbole historique, Bruxelles-Malines a été en 1835 la première voie ferrée belge et Bruxelles-Malines-Anvers est la première ligne belge électrifiée un siècle plus tard, en 1935...