• Michel Chlastacz

Objectif 100 000 voyageurs par jour pour l’Occitanie et la SNCF


10/11/2021 - Le 29 septembre 2021, à Montpellier, Carole Delga, présidente de Régions de France et d’Occitanie, et Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF, ont présenté les grands projets régionaux qui engageront durant les dix prochaines années l’Occitanie et l’opérateur ferroviaire historique national.


Des engagements qui ont été conclus à l’occasion de la tenue des Rencontres Nationales du Transport Public (RNTP) et du Congrès de Régions de France qui se déroulaient simultanément fin septembre, à Toulouse et à Montpellier.


Fond commun et objectif final de ces engagements, faire passer le trafic journalier des TER Occitanie de 67 000 à 100 000 voyageurs à l’horizon 2030. Soit une progression moyenne de près de 5% par an qui, quoique compatible avec celle constatée durant ces dernières années, exige un maintien du rythme.


Cet objectif s’appuie à la fois sur les priorités définies lots des États Généraux du rail et de l’Inter modalité organisés en 2016 par la Région (EGRIM) et le « Plan Rail » en faveur duquel la Région s’est engagée fin 2020 à hauteur de 800 millions d’€uros et qui acte certaines priorités des EGRIM*. Tout en accélérant la remise à niveau de l’important réseau capillaire voyageur régional et développe une politique tarifaire hardie, notamment en direction des jeunes.


Le « Plan Rail » a été contractualisé par un protocole d’accord entre la Région et la SNCF qui met en place une Agence dédiée à sa réalisation avec des équipes affectées (50 personnes en 2025 et 300 personnes à terme).


Cette démarche se met en place parallèlement à « l’avancée majeure pour les LGV » que représente l’accord de financement signé le 26 septembre 2021 entre l’État, la région et d’autres collectivités territoriales (six départements, la Métropole de Toulouse et sept communautés d’agglomérations).


Accord qui concrétise la réalisation de la branche Bordeaux-Toulouse du GPSO (Grand Projet du Sud-Ouest) et la Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan (voir Mobilités Magazine 6 septembre 2021).


Autres projets évoqués, le développement de l‘offre des trains de nuit avec la réouverture de la liaison Tarbes-Paris fin 2021 et la volonté régionale de relancer Millau/Nîmes-Clermont-Ferrand-Paris et Cerbère-Strasbourg.


S’ajoutent les prochaines expérimentations de nouveaux matériels « verts » mis en œuvre en partenariat avec d’autres régions, la SNCF et les constructeurs ferroviaires.


Un prototype de train hybride (utilisant l’électricité, les batteries et du carburant B 100 à base de colza) devrait circuler dès 2022 et le premier train à batteries (rame AGC bi-mode Bombardier équipée d’un pack batteries remplaçant la partie motorisation diesel) sera lancé en 2023.


Tandis que le train à hydrogène Alstom serait expérimenté fin 2025 sur l’axe Montréjeau-Luchon rouvert au trafic.

 

* Parmi lesquelles la réouverture des lignes Alès-Bessèges, Montréjeau Luchon, Rodez-Séverac et Rive Droite du Rhône.