• Pierre Cossard

Moovit analyse les transports publics en 2020



03/02/2021 - Moovit, l’application de mobilité urbaine spécaliste des solutions MaaS (« Mobility as a Service »), a publié le 26 janvier 2021 son Rapport mondial sur les Transports en commun 2020.


Le rapport se base sur l'analyse de millions de données anonymes de demandes d'itinéraires et sur une enquête effectuée auprès des utilisateurs de l’application Moovit entre janvier et novembre 2020, dans 104 métropoles et 28 pays.


Cet outil analytique permet de découvrir la façon dont sont utilisés les transports en commun et les moyens de micro-mobilité en France et dans le monde, en comparant 2019 et 2020, et d'analyser l'impact du Covid-19 sur l'utilisation des transports en commun.


Neuf métropoles françaises étudiées


En France, 9 grandes métropoles (Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Paris et Toulouse) ont été analysées à travers ces paramètres : durées et distances moyennes des trajets, temps d’attente, temps de marche et nombre de correspondances.


Le rapport inclut également des données sur l'usage de moyens de micromobilité (vélos, trottinettes et vélos électriques, scooters électriques) et les raisons pour lesquelles les usagers les utilisent ou non.


Deux nouvelles catégories ont été retenues pour cette édition 2020 : l'impact du Covid-19 sur l'utilisation des transports en commun, et l'opinion des utilisateurs sur le paiement du titre de transport via smartphone.


Impact du Covid-19


Selon Moovit, 45% des Français sondés estiment que la pandémie du COVID-19 et les restrictions liées n'ont pas affecté la fréquence à laquelle ils utilisent les transports en commun, contre 39% qui affirment utiliser les transports en commun moins fréquemment qu'avant, et 7% plus du tout.

Les Lyonnais sont les plus nombreux à avoir abandonné l'usage des transports en commun (10%) en raison de la pandémie.


Les habitants de la métropole Nice-Cannes sont ceux qui ont le moins changé leurs habitudes en période de pandémie : 50% d'entre eux déclarent que cela n'a pas affecté la fréquence à laquelle ils utilisent les transports en commun.


Sur les 9 métropoles françaises analysées, les habitants de Toulouse sont ceux qui utilisent les transports en commun moins fréquemment qu'avant, à 42%.


Quelles incitations au retours ?


À la question “Pendant cette pandémie du Covid-19, qu'est-ce qui vous inciterait à utiliser davantage les transports en commun ?”, les 3 principales raisons invoquées par les usagers français sondés sont les suivantes :


  • Augmenter la fréquence de passage des véhicules de transport afin que lesvéhicules soient moins bondés (44%)

  • Avoir des informations en temps-réel sur les horaires d'arrivée des véhicules pour ne pas attendre trop longtemps aux arrêts et stations bondés (34%)

  • S'assurer que la distanciation sociale à bord et aux arrêts est respectée (34%).