• Christine Cabiron

Montpellier dote ses contrôleurs de caméras-piétons


04/02/2022 - Pour renforcer la lutte contre les incivilités et sécuriser le réseau TaM, Montpellier Méditerranée métropole a doté les agents de contrôle de caméras-piétons. L’autorité organisatrice de la mobilité prévoit par ailleurs de créer une police des transports en 2023.


Avec 340 000 voyages par jour, le réseau de transport public TaM de la métropole de Montpellier doit faire face à de nombreuses incivilités.


Pour assurer la tranquillité des voyageurs, la collectivité a décidé de doter les agents de contrôle de caméras-piétons.


Ce dispositif a pour objectif de les appuyer dans leur mission quotidienne d’assistance, de prévention, de contrôle et de sécurisation.


16 caméras apparentes


Au total, 16 caméras ont été achetées pour un montant de 16 000€. Dans un premier temps, elles sont utilisées par les chefs d’équipe. Ces derniers ont été formés par la police municipale au cadre légal, règlementaire et fonctionnel de leur utilisation.


Portées de façon apparente, les caméras disposent d’un signal visuel indiquant l’enregistrement en cours. Le déclenchement de ce dernier fait l’objet d’une information auprès des personnes concernées.


L’utilisation de ce dispositif expérimenté dans plusieurs autres villes (Brest, Lille, Caen…) a entraîné une baisse des agressions dirigées vers les contrôleurs.


Une police des transports en 2023


Par ailleurs, Montpellier Méditerranée métropole travaille à la création d’une police des transports en lien avec la police municipale.


Ce service doit voir le jour en 2023. Il sera constitué de 42 agents dont l’objectif sera de renforcer la sécurité sur les 41 lignes de bus et les 4 lignes de tramway.


Les équipes interviendront 7 jours sur 7 en partenariat avec les 82 agents de contrôle de TaM et ceux de la police nationale et la gendarmerie.


2h de contrôle = 150 PV


Chaque semaine, quatre opérations de contrôle « coups de poing » de 2h sont organisées sur le réseau de transport collectif.


Ces interventions peuvent donner lieu jusqu’à 150 contraventions en lien avec le non-respect du port du masque, l’utilisation frauduleuse des transports, l’arrêt des pickpockets, du harcèlement de rue ou encore l’utilisation par les automobilistes et de la plate-forme du tramway.


Photos: © Cécile Marson - Ville et Métropole de Montpellier.