• Pierre Cossard

Medef et Versement Transport : levée de boucliers


28/01/2022 - Interrogé sur la hausse des prix de l’énergie le 25 janvier 2022, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a annoncé vouloir « remplacer le versement transport, qui s’appelle versement mobilité depuis 2020, payé par les entreprises aux intercommunalités pour financer les transports en commun, par une indemnité essence ou véhicule ».

Les élus de France urbaine, d’Intercommunalités de France et du Groupement des autorités responsables de transport (GART) n’ont pas tardé à réagir.


Tous ces organismes se sont très vite élevés contre cette proposition. A l’unanimité, elles s’étonnent, car « celle-ci entre en contradiction avec deux objectifs partagés par les collectivités et les entreprises implantées dans nos territoires : lutter contre le réchauffement climatique et être au plus près des besoins exprimés par les employeurs sur le terrain ». Les élus estiment que remplacer les transports publics par un chèque permettant de faire le plein d’essence est une proposition qui mettrait les transports publics à l’arrêt, entraînerait la congestion totale des villes et contredirait totalement les objectifs écologiques incarnés par le plan de relance initié par l’Etat.


Cependant, les trois organisations veulent rappeler au Medef ces évidences et les préciseront au cours d’un prochain courrier afin d’organiser un temps d’échange pour des propositions efficaces et pertinentes.


Elles ont toutefois tenu à préciser qu’une telle mesure « entraînerait la congestion totale de nos villes et contredirait totalement les objectifs écologiques notamment incarnés par le plan de relance initié par l’État et qui sont au cœur des préoccupations des Français à trois mois de l’élection présidentielle de 2022 ».


Bruno Bernard, appelle à « sanctuariser le Versement Transport


Premier vice-président du GART et président du premier réseau de transport en commun hors région parisienne, Bruno Bernard a également profité du conseil d’administration de l’Autorité Organisatrice des Mobilités des Territoires Lyonnais (AOMTL, ex-Sytral), le 26 janvier 2022, pour proposer que la première action du GART soit de « sanctuariser le Versement Transport ».


Pour illustrer son propos, il a indiqué que le Versement Transport contribuait à hauteur de 383 M€ par an au fonctionnement du réseau lyonnais.


Le GART évalue sa contribution à hauteur de 45% du financement des réseaux de transports urbains français. Au cours de ce conseil d’administration, deux autres élus lyonnais siègeront aussi au GART : Jean-Charles Kohlaas et Virginie Chaverot.


Ont également été élus les 8 vice-présidents (4 sont de la Métropole de Lyon) et les 20 membres du conseil exécutif (8 sont de la Métropole de Lyon) de ce nouvel AOMTL qui regroupe désormais 263 communes, pour 1,8 million d’habitants.


Pour mémoire, ce n’est pas la première fois que le Medef - avec une vision « tout voiture » des transports - met en cause le Versement Transport ou Mobilité. En 2019, la précédente tentative avait déjà provoqué une cinglante réaction de Louis Nègre, président du GART (Voir Mobilités Magazine, 18 janvier 2019).