• Jean-François Bélanger

Les phases 1 et 2 de la LNPCA sont sur les rails

04/03/2022 - Sitôt le conseil de défense terminé, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports, est venu signer le 28 février 2022 à Marseille les phases 1 et 2 de la Ligne Nouvelle Provence-Côte d’Azur (LNPCA). Elles prévoient un investissement de 3,5 Mds€, dont 560 M€ seront financés par la Région.

Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports et Renaud Muselier, président de la Région Provence Alpes Côte d’Azur.
Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports et Renaud Muselier, président de la Région Provence Alpes Côte d’Azur.

Le démarrage de la phase 1 des travaux est prévu l’année prochaine. Ils comporte le réaménagement des voies en surface de la gare Saint-Charles de Marseille, des aménagements pour renforcer dans le Var les liaisons TER autour de la métropole de Toulon et la gare TER-TGV à Nice Aéroport.


« Ce sera la première gare multimodale de France, associant le TER, le TGV et l’avion », se réjouit Renaud Muselier, président de la Région Provence Alpes Côte d’Azur. Ces travaux devraient s’achever en 2030.


La phase 2 débutera elle en 2027, avec les travaux d’aménagements de la Côte d’Azur afin d’augmenter la fréquence des TER entre Cannes et Menton. Elle prévoit aussi la création d’une gare souterraine à Marseille Saint-Charles et la poursuite des aménagements de surface.


Les perspectives de cette LNPCA sont ambitieuses : offrir davantage de TER par heure et par sens en heure de pointe : 23 à Marseille, 6 entre Cannes et Menton et 4 à Toulon.


Signature à l’hôtel de Région, ce 28 février, du protocole de financement de la LNPCA.

Il s’agit aussi de gagner 15 minutes dans les traversées de Marseille et supprimer les engorgements actuels, de créer de nouvelles circulations entre Miramas-Vitrolles-aéroport et Aubagne-Toulon.


Enfin concernant les TGV, outre la desserte de la nouvelle gare de Nice-Aéroport, il est prévu une augmentation des services TGV entre Marseille et Nice.


Après la publication en 2020 du premier avis européen d’ouverture à la concurrence des TER en France, la signature du premier plan de sauvegarde des petites lignes de desserte fine des territoires l’année dernière, la signature de ce protocole avec l’Etat, aujourd’hui, est le troisième acte important de Provence-Alpes Côte d’Azur s’inscrivant dans le plan environnemental régional « gardons une COP d’avance ».