• Michel Chlastacz

Les fortes attentes de la FNAUT


27/05/2022 - Dans un communiqué publié le 23 mai 2022, la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT) a estimé que la « nomination d’Élisabeth Borne comme première ministre devrait être un atout pour la politique de mobilité compte-tenu des postes ministériels qu’elle a occupés, des lois qu’elle a fait voter et des postes de direction qu’elle a tenu dans les entreprises RATP et SNCF ».


Ces atouts étant crédités à la nouvelle Première ministre, « la marche des investissements à engager est haute », constate Bruno Gazeau, président de la FNAUT citant la Première ministre qui a déclaré qu’il faudra (en même temps ?) « faire plus, mieux et plus vite ».


Tout en rappelant que « durant la campagne électorale la mobilité n’a pas été évoquée [et que] seules des mesures de court terme et des baisses de taxes ont fait l’objet de promesses qui [d’ailleurs] vont à l’encontre des engagements de la France sur le changement climatique ».


Aussi, afin de stimuler le développement des transports publics, la FNAUT demande « la baisse à 5,5% de la TVA sur les transports collectifs du quotidien, la mise en œuvre [...] d’une tarification solidaire bénéficiant aux ménages à plus faibles revenus [ainsi que] des services plus fréquents ».


En outre, « la régénération du réseau ferré et les investissements de productivité doivent être inscrits dans le Contrat de performance [État-SNCF Réseau] en cours de négociation [un document dont la signature serait] un signal fort de l’engagement du Gouvernement ».


Plus précisément, la Fédération des Usagers voudrait aussi que « les premières phases des grands projets de LGV et de lignes nouvelles [annoncés par le précédent Gouvernement] portent toutes sur la désaturation des noeuds ferroviaires et des accès de métropoles (Lyon, Bordeaux, Marseille et Toulouse) au profit des transports du quotidien ».


Ce seraient les premiers pas vers la création de réseaux de type RER dans ces mêmes métropoles...


Et, pour réduire la dépendance à l’automobile, la FNAUT demande également la prise en compte dans les CPER de la régénération des « petites lignes » et la relance des appels à projets au profit des transports urbains.