• Jean-François Bélanger

Le Tramway du Mont-Blanc fait appel à Stadler


30/11/2021 - Conformément à ses engagements pris lors de la signature du contrat d’exploitation renouvelé à la Compagnie du Mont-Blanc (CMB) pour 15 ans, à compter du 15 juin 2020, le Conseil Départemental de Haute-Savoie vient de présenter les nouveaux trains du Tramway du Mont-Blanc (TMB) qui doivent être mis en service d’ici l’été prochain.


Le Conseil Départemental de Savoie, propriétaire et autorité organisatrice du Tramway du Mont-Blanc (TMB), s’est engagé à investir 70 M€, tout en garantissant l’équilibre de l’exploitation sur la durée du contrat à hauteur de 15 M€.


Avec les travaux d’entretien de la voie et de la signalisation, le renouvellement des trois anciens trains par des neufs, acquis auprès de la société suisse Stadler, figure parmi les priorités. Un quatrième les rejoindra.


Martial Saddier, président, et Jean-Marc Peillex, vice-président du Conseil Départemental de Haute-Savoie entour le nouveau matériel roulant Stadler du TMB.

Ce nouveau modèle a été présenté par Martial Saddier, président du Conseil Départemental, et Jean-Marc Peillex, vice-président délégué au Tourisme de Haute-Savoie, le 26 novembre 2021 à Saint-Gervais-les-Bains.


Un investissement de 30 M€


L’investissement pour ce matériel roulant Stadler s’élève à 30 M€, financé à 100% par le Département. Ces trains électriques garderont leur identité originelle : Jeanne, Anne et Marie, prénoms des filles du fondateur de la première société d’exploitation du TMB, et le quatrième portera le nom de sa quatrième fille, Marguerite.


Ces nouveaux trains disposeront d’une capacité de 120 places assises et de 80 debout. Ils bénéficieront d’un système de recharge lors des descentes, permettant d’optimiser leur consommation, avec, à l’intérieur, des écrans pour la transmission d’information et d’animation pour les voyageurs.


Surtout, les nouveaux trains permettront de réduire le temps de trajet en passant en dessous d’une heure, avec une vitesse maximale de 20 kilomètres/heure, contre 15 aujourd’hui.


Un accroissement de la capacité et une diminution du temps de parcours sont des arguments importants pour l’exploitation. « Aujourd’hui, le TMB enregistre 140 000 passagers par an, contre 200 000 il y a quelques années. Nous comptons arriver à 185 000 en 2026 et à 210 000, en 2034 », ambitionne Mathieu Dechavanne, PDG de CMB. Cela correspondrait à un chiffre d’affaires de 3,3 M€, contre 1,8 million aujourd’hui.


D’autres investissements à venir


Le TMB est le plus haut train à crémaillère de France. Il circule sur une voie longue de 12,5 kilomètres, depuis la gare du Fayet à 580 mètres d'altitude, dans la commune de Saint-Gervais-les-Bains, pour atteindre le Nid d'Aigle, à 2372 mètres d'altitude.



En dehors du renouvellement du matériel roulant, le Département va entreprendre la rénovation de la gare de Saint-Gervais-les-Bains, la reconstruction des ateliers de maintenance et la création d’une gare au Fayet, ainsi que l’aménagement du site du Nid d’Aigle.


Des projets qui s’inscrivent dans la perspective de connecter davantage le TMB au réseau Léman Express, depuis la gare de Saint-Gervais-les-Bains.