• Jean-François Bélanger

Le Sytral fait de ses véhicules des vitrines culturelles


28/01/2022 - C’est une exposition évolutive et inédite qui a été mise en place par le Sytral depuis le mois de décembre sur un trolleybus. Elle vise à faire de ses véhicules le support d’expériences culturelles au service des artistes, des passagers et des habitants.


Depuis le mois de décembre dernier, un trolleybus de la ligne C3, reconnaissable entre mille, sillonne les grands axes de la métropole. Il est habillé d’un décor de jungle peuplé d’animaux sauvages et ne passe pas inaperçu en cette période hivernale.


Créée pour le Sytral par l’artiste local Besss, cette œuvre de street art est la première d’une longue série qui s’inscrit dans la volonté de l’Autorité Organisatrice des Mobilités des Territoires Lyonnais (AOMTL, la nouvelle appellation du Sytral depuis le 1er janvier).


Il s’agit de saisir l’opportunité d’utiliser les bus, tramways… comme de véritables supports d’art et d’expression au bénéfice des usagers et de la population.


Pour mener à bien cette politique originale, le Sytral a retenu dans le cadre d’un marché public, le collectif lyonnais « Zoo Art Show ». Celui-ci peut compter sur 350 artistes locaux et internationaux (graffeurs, calligrapheurs, peintres, photographes, designers…).


L’AOMTL prévoira ainsi chaque année un covering de plusieurs véhicules du réseau TCL, tous réalisés par des artistes différents.

Cette initiative en rejoint d’autres engagées depuis plusieurs années pour la valorisation de l’art et de la culture dans les transports en commun, afin de les rendre attractifs.


Premier réseau de transports en commun de France à adopter le street art


Dans la continuité de cette démarche, l’AOMTL souhaite ainsi animer le réseau TCL et l’espace public, les rendre attractifs et créatifs. Il s’agit aussi d’offrir un terrain d’expression et une vitrine originale à des artistes engagés sur le projet.


Cette année, ce seront plusieurs rames de tramway qui accueilleront à leur tour des œuvres mobiles, faisant du réseau TCL le premier réseau de France support d’une collection éphémère de « street art ».