• Michel Chlastacz

Le « en même temps » de la FNAUT sur Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan



14/05/2021 - Le 4 mai 2021, la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports s’est félicitée de la décision gouvernementale sur la LGV Bordeaux-Toulouse et de la première phase de la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan.


Pour Bordeaux-Toulouse, la FNAUT constate que « le TGV, au contraire de l’avion, permettra aussi de desservir Agen et Montauban ».


Mais, en même temps, elle « déplore le maintien des gares nouvelles de ces villes sans raccordement aux gares centrales. Des liaisons ferroviaires bien adaptées devront donc impérativement être assurées entre ces gares TGV et les centres-villes [...] qui devront bénéficier de dessertes Inter Cités de qualité Bordeaux-Méditerranée (transversale « Grand Sud ») associées à une offre TER améliorée, grâce à une meilleure disponibilité de sillons ».


Et si la phase Montpellier-Béziers de la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan « est indispensable et bien conçue », parce que mixte, et qu’elle « facilite la circulation de tous les trains sur la ligne classique », la FNAUT veut « réétudier » la phase Montpellier-Perpignan [car] « sa non-mixité TGV + trains de fret lui enlèvera toute son utilité ».


Faute de capacités, la ligne classique littorale ne peut « capter l’énorme trafic de camions circulant sur l’autoroute A 9 » et elle est « fragilisée par la montée de la mer ».


De plus, « les deux gares nouvelles de Béziers et Narbonne, inutiles et ruineuses, doivent être abandonnées »…