• Jean-François Bélanger

Le Comité Européen des Régions souhaite un assouplissement des aides aux petits aéroports


23/08/2021 - Le Comité Européen des Régions vient de solliciter la Commission Européenne afin qu’elle élabore des règles plus souples et plus efficaces en matière d’aides publiques aux petits aéroports.


Elles devront permettre à ses Etats membres de leur apporter une aide financière, tout en les orientant afin de rendre ces petits aéroports plus durables et respecter les objectifs fixés dans le Pacte Vert pour l’Europe.


Ce sont les petits aéroports régionaux qui ont enregistré le plus grand nombre d’annulations de vols directs, en particulier dans le domaine du transport de passagers, lors de la crise sanitaire.


Airports Council International (ACI) illustre cette tendance avec Trevise en Italie (-95%), Vaasa en Finlande (-91%), Quimper en France (-82%)…


Le trafic aérien intra européen a diminué de 54% en 2020 par rapport à 2019. Cette situation a conduit à ce que, en octobre 2020, près de 200 aéroports en Europe soient en situation d’insolvabilité.


Le Comité Européen des Régions redoute que leur faillite n’ait une incidence dramatique sur l’emploi et les économies des Régions où ils sont situés.


Elle porterait un coup sérieux à la connectivité de nombreux territoires, en particulier des régions ultrapériphériques ou moins développés, là où il n’existe aucun mode de transport de substitution.


Conformité au Feder


Le Comité Européen des Régions demande donc à la Commission Européenne de permettre aux Etats membres d’apporter une aide financière à ces petits aéroports situés dans ces zones moins développées et ultrapériphériques, où il n’existe pas de solutions de remplacement.


Ces aides financières devront être conformes aux conditions fixées dans le cadre du Fonds Européen de Développement Régional (Feder).


Parallèlement, le Comité Européen des Régions a présenté à la Commission Européenne sa stratégie visant à remodeler le secteur européen des transports, en réduisant ses émissions de 90% d’ici à 2050.


Il invite la Commission Européenne à ce que les investissements publics dans ces aéroports régionaux soient subordonnés au respect des objectifs du pacte vert consistant à ne pas nuire à l’environnement.