• Pierre Cossard

Le changement de statut du Sytral déchire la Métropole de Lyon


Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon et président du Sytral.

16/12/2021 - Programmée pour le 1er janvier prochain, l’Autorité Organisatrice des Mobilités lyonnaise va élargir son périmètre tout en changeant de statut et de gouvernance. Une évolution qui n’est pas acceptée par tous.


La Loi d’Orientation des Mobilités de décembre 2019, puis une ordonnance du gouvernement, ont permis la création d’un Etablissement Public Local se substituant au Syndicat mixte des Transports pour le Rhône et l’Agglomération Lyonnaise (Sytral).


À compter du 1er janvier 2022, l’Autorité Organisatrice des Mobilités des Territoires Lyonnais (AOMTL) lui succèdera. La nouvelle structure s’étendra sur un périmètre regroupant 11 intercommunalités du Rhône et de la Métropole de Lyon, soit 1 845 000 habitants répartis dans 263 communes.


Elle aura compétence sur la totalité du département du Rhône, plus 7 communes de la Loire, une commune de l’Ain et la partie rhodanienne de Vienne-Condrieu-Agglomération.


Elle doit permettre d’optimiser de façon plus cohérente l’offre en transports collectifs à l’échelle d’un territoire plus vaste. En ce sens, elle prévoit l’instauration d’une tarification unifiée à l’échelle de ce périmètre élargi, la coordination des services, l’information multimodale….


La Métropole de Lyon restera de très loin la première contributrice à son budget avec un effort financier croissant à la hauteur des ambitions du plan de mandat : 127,5 M€ en 2020, 151 en 2022…, jusqu’à 200 en 2026.


C’est ce qui vient d’être adopté par la Métropole de Lyon en séance le 14 décembre 2021.


Dans la foulée, les élus métropolitains ont voté une subvention supplémentaire d’un montant de 500 000 € pour financer des études de développement de l’Etoile Ferroviaire Lyonnaise.


A ce sujet, depuis l’été 2020, la Métropole et le Sytral ont soumis à la Région plusieurs propositions concrètes sur l’intégration tarifaire TER-TCL et le développement d’une offre de services de type RER sur les axes de l’étoile ferroviaire lyonnaise sans qu’à ce jour des avancées notoires n’aient été annoncées.


Quatre groupes d’opposition ne participent pas au vote


Mais c’est la composition du conseil d’administration de l’AOMTL, qui se substituera dorénavant au conseil syndical du Sytral, qui a mis le feu aux poudres dans l’hémicycle.


Sur les 150 membres formant le conseil de la Métropole, répartis en 10 groupes, 4 d’entre eux appartenant à l’opposition et représentant 66 membres, n’ont pas participé au vote, refusant de « cautionner une mascarade ».


Selon eux, au Sytral, ils disposaient de 7 représentants sur 23 et n’en auraient pas suffisamment dans la future AOMTL. Sur 37 sièges, la Métropole de Lyon en disposera pourtant de 24.