• Jean-François Bélanger

La ZFE lyonnaise attise les tensions entre Métropole et Région


08/02/2022 - Alors que Lyon fait partie des villes pionnières dans la mise en œuvre des Zones à Faibles Emissions (ZFE), les élus métropolitains lyonnais reprochent à ceux du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes de freiner son développement, sous le couvert d’arguments politiciens qu’ils jugent incompréhensibles.


Initiées et adoptées largement par la précédente équipe de la métropole, les premières applications de la ZFE, qui entrent dans le cadre de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), sont ainsi entrées en vigueur à Lyon au 1er janvier 2020 pour les poids-lourds et les véhicules utilitaires Crit’Air 4, 5 et non classés, qui sont interdits à la circulation et au stationnement et peuvent donc être verbalisés.


Pour ces véhicules, depuis ce 1er janvier 2021, les interdictions sont élargies jusqu’à ceux classés Crit’Air 3. En septembre prochain, cette interdiction devrait concerner l’ensemble des vignettes Crit’Air 5 et non classées, également des particuliers, un parc qui ne représenterait que 3% des véhicules, selon la Métropole.


Les élus LR veulent s’y opposer, ce qui n’est pas supportable pour la Métropole, qui rappelle que la pollution de l’air tuerait environ 2 000 personnes par an à Lyon.


Comme ailleurs, les ZFE avancent lentement


Ces questions de mise en œuvre de la LOM se multiplient. Elles rejoignent en tout cas celles rencontrées par la Métropole du Grand Paris, où Patrick Ollier son président vient d’annoncer, en ce début février, en lien avec la Ville de Paris, que l’application de la prochaine étape de la procédure de ZFE n’interviendra pas avant le début de l’année prochaine.


Il se dit attendre les réponses du gouvernement à sa demande de mise en place d’un prêt à taux zéro pour diminuer le reste à payer des ménages aux revenus les plus modestes et qui devront changer de véhicule ainsi que celle du contrôle sanction automatisé.


Cette dernière mesure étant également revendiquée à plusieurs reprises par le président de la Métropole lyonnaise, Bruno Bernard.


Une harmonisation en vue ?


Pour Lyon, celui-ci avance qu’une large concertation a été engagée par la Métropole lyonnaise depuis septembre dernier avec un panel citoyen représentatif dont la restitution a eu lieu en décembre dernier.


Une concertation grand public est aussi en cours jusqu’en mars prochain. Mais de son côté, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Rhône reconnaissait en fin d’année dernière « des négociations difficiles avec la Métropole ».


Il s’agissait notamment de la question des dérogations en faveur des professionnels. Sachant que ce principe de ZFE est censé s’appliquer à terme, dans toutes les agglomérations françaises de plus de 150 000 habitants, cela va forcément nécessiter une harmonisation, sauf si l’on souhaite créer de la confusion avec des mesures qui pourraient être différentes selon les Territoires.