Fond-MM_edited.jpg
  • Jean-François Bélanger

Malgré tout, la voiture reprend le dessus


Automobile citiz

28/01/2021 - Avec l’installation dans la durée des mesures de restrictions liées à la situation sanitaire et le durcissement des mesures de distanciation sociale dans les transports en commun, la voiture refait surface dans les villes, se présentant même comme un univers de liberté, sain et protégé.


Les municipalités encouragent l’abandon de la voiture en ville en développant des modes de transport alternatifs. Et la crise sanitaire n’a pas freiné la poursuite d’ouvertures d’itinéraires à vélos, les coronapistes, conjointement à la diminution d’espaces de voiries dédiées aux véhicules automobiles et désormais davantage destinés aux piétons et aux modes doux.


Ces initiatives destinées à limiter l’espace et l’utilisation des véhicules individuels dans les villes sont bien perçues par les citadins : 75% des habitants de Lyon Métropole et 62% des habitants du Grand Paris disent en effet les approuver selon différentes études.


Mais, et ce n’est pas l’un des moindres paradoxes de la situation actuelle, le camp des réfractaires se fait de plus en plus entendre.


Selon un sondage BMW-Odoxa, 87% des Français voient toujours la voiture comme une nécessité. Selon un autre sondage, 30% du transport scolaire est assuré par les familles au moyen de la voiture individuelle.


Si les téléconférences sont devenues la norme pour de nombreux professionnels, il existe toujours des artisans, des réparateurs, des livreurs… qui ont toujours besoin d’accéder aux villes et d’y stationner.

C’était le sens de la demande de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) de différer de six mois l’application des mesures de Zones à Faibles Emissions, à Lyon.


C’est donc davantage vers son adaptation à un modèle plus vertueux que la voiture de demain va se faire une place en ville.


La transition énergétique en marche


Selon le sondage mené par l’Observatoire Société et consommation (Obsoco), la crise sanitaire a conduit à une hausse de l’usage de la voiture personnelle pour 15% des personnes interrogées, un chiffre qui correspond au même niveau que la baisse de l’usage des transports collectifs urbains sur la période d’entre les deux confinements.


Faire cohabiter voiture individuelle et objectifs écologiques, tel est le souhait d’Olivier Koch, directeur pour la France et la Suisse de Park Now, le spécialiste du stationnement qui s’insurge contre le « car bashing ».


« L’objectif n’est pas de faire disparaître les voitures mais de restreindre leur utilisation à ceux qui en ont besoin », explique-t-il.


Selon lui, 30% du trafic en zone urbaine est causé par la recherche d’une place de stationnement. D’autant qu’en ce qui concerne la pollution, les mesures d’incitation commencent à influencer la coloration du parc automobile français.


L’année dernière, le nombre de véhicules électriques a été multiplié par trois en France, par rapport à 2019, et celui des véhicules hybrides par cinq.