• Michel Chlastacz

La Roche-sur-Yon-La Rochelle, un maillon faible qui se renforce


05/01/2021 - Le 18 décembre 2020, à Luçon (Vendée) SNCF Réseau Bretagne-Pays de la Loire a fait le point sur l’avancement de la modernisation de la section La Roche-sur-Yon-La Rochelle de la transversale Nantes-Bordeaux.


Un chantier à la fois majeur et d’urgence, tant cette section de ligne de 103 km (27% de la longueur du trajet) apparaissait comme le véritable « maillon faible » de la transversale.


Avec, notamment, sur l’une des deux voies, des rails courts et légers (18 m et 33 kg/m) qui datent des années 1930, l’autre voie étant à peine moins ancienne, mais l’état d’usure de l’ensemble avait conduit depuis 2015 à diminuer les vitesses admises à 60 km/h au lieu de 110 à 130 km/h.


Aussi, le meilleur temps de parcours entre Nantes et Bordeaux est passé de 4h 18 à 4 h 59.


Le projet de modernisation d’un montant de 152 M€* consiste en une première phase de rénovation de l’une des deux voies et de sa signalisation (l’existante de type Block manuel État date de 1903 !) avec la mise en place d’une commande centralisée à La Roche-sur-Yon et la création d‘évitements permettant des croisements de trains à Luçon et à Marans. Sept passages à niveaux seront supprimés et 62 modernisés.


En raison d’un retard lié au confinement, les travaux lancés en janvier 2020 avec fermeture de la section s’achèveront en juillet 2021.


La pose de voies est achevée et les opérations de génie civil (ouvrages d’art, terrassements) et de sécurisation des passages à niveau laissent la place à celles de signalisation et de télécommunications (pose de fibre optique).


La modernisation de la gare de Luçon, inclue dans le projet, consiste dans la construction d’un passage souterrain, la réfection de l’abri-voyageurs historique existant et la création de nouveaux abris auxquels s’ajoute l’adaptation PMR des quais.


Cette première phase de travaux permettra le retour aux performances de la ligne et elle serait suivie d’une seconde avec repose de la seconde voie et augmentation des vitesses.


* Un ensemble réparti entre l’État (42,4%),les Régions Nouvelle Aquitaine et Pays de la Loire (27,5%), SNCF Réseau (17,1%) et d’autres collectivités départementales et d’agglomérations (13%.).