• Michel Chlastacz

La ponctualité, problème majeur des trains allemands


19/01/2022 - Les chemins de fer allemands sont cités en exemple pour la densité et la diversité de leur réseau, l’importance de leurs investissements, leur offre cadencée (le Deutschland Takt) et l’ouverture à la concurrence.


Mais pas pour leurs tarifs estimés élevés hormis abonnements et offres ponctuelles, ni aussi - et surtout - pour leur ponctualité.


Principalement celle, désastreuse, des trains de grandes lignes (ICE et trains Inter city, soit 655 trains/jour). Même si le taux général de ponctualité* est correct avec 93,8% tous trains confondus (26 000 trains/jour, soit 73% de plus qu’en France).


En 2021, et pourtant en dépit d’une moindre pression liée à des trafics resté inférieurs à ceux de 2019 en raison de la continuation de la pandémie, la proportion de trains de grandes lignes en retard est ainsi passée de 18,2% en 2020 (c’était la meilleure ponctualité des quinze dernières années !) à... 24,8 %.

Pour la Deutsche Bahn, on serait devant l’effet cumulé de la poursuite de la pandémie, des grèves de conducteurs et des inondations. Il faudrait aussi ajouter l’impact des travaux destinés notamment à réduire les « points noirs » du réseau, qui affectent... la ponctualité des trains !


 

* Taux technique de retard largement calculé puisqu’un train est jugé en retard lorsqu’il dépasse de six minutes son horaire !