• Michel Chlastacz

La Grèce affiche de nouvelles ambitions ferroviaires


gare ferroviaire Grèce

09/12/2021 - Le 30 novembre 2021, Kostas Karamanlis, ministre grec des Infrastructures, a annoncé un plan de 4 Mds€ pour six grands projets de modernisation (ERTMS, électrifications) et d’extension du réseau ferré national. « C’est le plus grand plan ferroviaire de l’histoire du pays », a- t-il ajouté.


Vaste chantier tant les retards accumulés ont fait de la Grèce la « Cendrillon ferroviaire » de l’Union européenne. Une situation dont témoigne le feuilleton interminable de la modernisation d’Athènes-Salonique, ligne principale du réseau, dont les travaux ont duré près... d’un quart de siècle !


Le plan vise les connexions entre l’intérieur du pays et les ports puisque certains comme Lavrio et Rafina qui jouent un rôle important pour la desserte des îles ne sont pas reliés au réseau.


Tandis qu’à Salonique, seconde ville et second port du pays, il faut remodeler un complexe ferroviaire ignorant un port devenu débouché maritime des pays enclavés des Balkans et de l’Europe centrale.


Tout en modernisant (ERTMS et électrification) les lignes affluentes à Salonique comme Alexandroupolis-Ormenio (frontière bulgare) et celles de l’ensemble du nord de la Grèce, et en construisant une ligne nouvelle entre Salonique et Toxotes futur tronc commun des axes vers la Bulgarie et la Turquie.


Le plan prévoit aussi la poursuite de la mise à voie normale et de l’électrification de l’axe nord du Péloponnèse (Athènes-Corinthe-Patras).