• Michel Chlastacz

La Bretagne prépare le volet mobilités du CPER 2022-2027


03/03/2022 - Du 24 au 26 février 2022, le Conseil régional de Bretagne a débattu des projets du volet mobilité du futur Contrat de Plan État-Région (CPER) qui couvrira les années 2022 à 2027.


Sa partie ferroviaire, qui concentrera l’essentiel du milliard d’euros d’investissements proposés, visera trois principaux objectifs.


Le premier est de « poursuivre l’accessibilité à grande vitesse de toute la Bretagne », alors que la création de la LGV Bretagne-Pays de la Loire en 2017 « a bouleversé le paysage des mobilités ferroviaires [puisque] le TGV comme le TER affichent des croissances de fréquentation entre + 20% et + 30% [et que] toutes les gares de Bretagne en profitent, compris celles les plus à l’Ouest ».


Aussi, la finalité du projet LNOBPDL (Liaisons Nouvelles Ouest Bretagne Pays de la Loire, voir Mobilités Magazine, 9 février 2022) induit à l’horizon 2035-2040 est « de se rapprocher des trois heures de trajet entre la pointe bretonne et Paris ».


Ce qui nécessite « des investissements massifs pour atteindre plus rapidement Quimper et Brest mais aussi pour augmenter le nombre de TER sur les sections saturées du réseau ».


Second objectif, le périurbain, avec d’importants investissements autour de Rennes afin d’augmenter significativement le nombre de TER (et de) proposer un trains toutes les vingt minutes aux heures de pointes et toutes les heures aux heures creuses.


Troisième objectif, les lignes de desserte fine du territoire. Alors que « l’État, la région et les collectivités locales ont sauvé [...] Plouaret-Lannion, Brest-Quimper, Guingamp-Paimpol, Dol-Dinan et Rennes-Châteaubriant [ce sera] le chantier de la ligne Dinan-Lamballe qui va s’engager prochainement [et que] les études se poursuivent sur celles d’Auray-Quiberon et de Morlaix-Roscoff ».


La négociation avec l’État, qui aura aussi sla charge de décliner leur calendrier, s’ouvrira après les élections comme la concertation avec les territoires.


Une nouvelle étape d’une plus longue route dans la mesure où la Bretagne vise à l’horizon... 2040 de prévoir « une programmation des investissements de 2023 à 2040 [afin de pouvoir] doubler l’offre TER et de décupler leur fréquentation ».