• Jean-François Bélanger

La billettique du réseau grenoblois engage sa transition


Les équipes de la Semitag à l’arrêt des tramways, gare de Grenoble.

21/06/2021 - Quatre mois avant la fin définitive du ticket magnétique et la mutation définitive vers le billet à QR Code, le Syndicat Mixte des Mobilités de l’Aire Grenobloise (SMMAG) vient d’amorcer l’installation de ses nouveaux distributeurs et valideurs de titres de transport à quai et à bord de ses véhicules.


Pour passer à ce système billettique d’avenir, l’Autorité Organisatrice de la Mobilité, qui adoptera au 1er janvier prochain le nouveau statut de Société Publique Locale, investit 15 M€.


Cette transition va apporter aux usagers plusieurs avantages : un écran tactile plus convivial, le paiement par carte bancaire sans contact, un système vocal de synthèse, une meilleure mise en accessibilité et, surtout, la délivrance et la recharge des cartes multimodales Oura, tout au moins celles qui ne sont pas nominatives…


La Société d’Economie Mixte des Transports de l’Agglomération Grenobloise (Semitag), exploitante du réseau avec son partenaire industriel Transdev, vient donc de démarrer l’installation de ces nouveaux appareils et d’entamer une communication qui va durer jusqu’au 25 octobre, date butoir à laquelle aucun titre magnétique ancienne génération ne sera accepté.


A cette date, les tickets papier à bande magnétique, une technologie qui datait de près de 20 ans, ne seront plus acceptés. Seuls seront admis les titres papiers à QR Code


40 conducteurs mobilisés pour la pédagogie


Depuis ce 14 juin, la (Semitag), vient donc de se lancer dans une vaste opération de communication. En particulier, elle a mobilisé une quarantaine de conducteurs pour aller au devant de la clientèle.


Le changement est conséquent et concerne 2 000 appareils. 1 500 sont installés à bord des véhicules et 500 sur les quais à proximité des arrêts des tramways et de certaines lignes de bus.


A ce jour 50% de ce parc est d’ores et déjà renouvelé. La distribution des titres de transport est stratégique pour le réseau car elle représente environ 40% des ventes. Le reste se répartit auprès des agences Tag, auprès du réseau des partenaires, de l’application…


Comme les autres transports en commun, compte tenu de la crise sanitaire, le réseau grenoblois a subi une perte de sa fréquentation qui s’évalue aujourd’hui à 35%, connaissant à ce jour un certain frémissement. Sur les 80 millions de voyages enregistrés par an habituellement, ses 167 000 abonnés en réalisent environ la moitié.