Fond-MM_edited.jpg
  • Pierre Cossard

L’IFPEN accélère ses travaux de recherche sur le moteur à combustion hydrogène


moteur à combustion hydrogène

18/02/2021 - Selon l’IFP Energies nouvelles (IFPEN), la mobilité décarbonée à venir reposera à la fois sur le véhicule électrique et sur les solutions hydrogène (utilisé dans une pile à combustible pour fournir l’électricité ou dans un moteur à combustion pour assurer directement la propulsion).


L’hydrogène représente donc une alternative intéressante lorsqu’une grande autonomie et/ou un faible temps de recharge sont nécessaires, notamment pour les autocars ou autobus.


Engagé dans la recherche sur ces différentes voies, l’IFPEN, au travers de son Carnot Transports Energie, accroit donc ses efforts de R&I autour du moteur thermique hydrogène.


En s’appuyant sur des outils industriels existants, cette technologie apporte une solution de mobilité sans émissions de CO2 qui peut être mise en œuvre à court/moyen terme et à moindre coût.


Afin d’accélérer ses travaux dans le domaine du moteur à combustion hydrogène, qui nécessite des adaptations spécifiques, IFPEN s’est récemment doté d’un banc d’essai dédié.


Pour la motorisation, le choix a porté sur des solutions technologiques permettant d’obtenir à la fois un très haut rendement et de très faibles émissions d’oxydes d’azote (NOx) : système de combustion en mélange pauvre dérivé des technologies essence, injection directe, suralimentation.


Avec une durée de vie identique à celle des motorisations thermiques existantes, la motorisation hydrogène peut afficher également un coût très compétitif, car la technologie est mature et les investissements de production limités.


Par ailleurs, elle ne nécessite pas l’utilisation d’un hydrogène de grande pureté, facilitant ainsi la distribution du carburant.