• Pierre Cossard

Pour l’hydrogène, Siemens fait appel... à Siemens !


26/11/2020 - Côté traction ferroviaire « propre », Siemens Mobility semblait jusqu’à présent miser - sinon totalement au moins essentiellement - sur le système qui associe les batteries sur les lignes non électrifiées et la prise classique par caténaires sur les lignes électrifiées.


Une démarche concrétisée par les rames Desiro ML livrées aux ÖBB, les Chemins de fer fédéraux autrichiens.

Subit intérêt pour la traction hydrogène ?


En octobre 2020 Siemens Mobility a signé un accord avec... Siemens Energy, une contractualisation formelle nécessaire dans la mesure où depuis son introduction séparée en bourse fin septembre 2020 Siemens Energy ne fait plus partie du groupe.


Dans le cadre de cet accord, les deux partenaires prévoient le développement conjoint d’une solution d’infrastructure standardisée pour alimenter les trains à hydrogène de Siemens Mobility, et étendre cette solution via des projets-pilotes avec différents partenaires.


Le train à hydrogène sera un matériel existant, en l’occurrence une version de la gamme des rames Mireo baptisée pour l’occasion Mireo + H.


Avec l’aménagement destiné aux parcours périurbains à courtes et moyennes distances, l’autonomie requise pour ces rames étant de 600 km pour une composition double et de 1000 km pour une rame triple.

L’objectif, selon les concepteurs du projet, d’obtenir une réduction de 10% de la consommation énergétique en comparaison d’une rame automotrice électrique classique de la même gamme.