• Pierre Cossard

Geodis sauve l’exercice 2021 du groupe SNCF


Jean-Pierre Farandou, président du groupe SNCF au siège de Saint-Denis, le 24 février.

03/03/2022 - Présentés ce 24 février en son siège de Saint-Denis, les résultats de l’exercice 2021 du groupe SNCF, témoignent d’un retour à une activité approximativement similaire à ceux de 2019. Paradoxe, ce sont les performances de la filiale Geodis qui le lui permettent.


Le chiffre d’affaires de 34,8 Mds€ en 2021, tutoie celui de 2019, à 35,1 Mds€ (-1%) et progresse de 15% par rapport à celui de 2020. Sauf que ce résultat cache en fait de profondes disparités.


C’est l’activité de Geodis (10,9 Mds€, en progression de 28% par rapport à 2020, de 33% par rapport à 2019) qui sauve la mise.


Si l’activité de SNCF Réseau (6,6 Mds€) est similaire de celle de 2019 (+2%), celle de SNCF Voyageurs, à 13,7 Mds€ reste inférieure de 18% à celle de 2019, même si elle a enregistré un rebond par rapport à 2020 (+14%).


Comme le souligne Laurent Trevisani, directeur général délégué « Stratégie Finances », « la clientèle loisirs est aussitôt revenue dans nos trains, sitôt les contraintes levées ».


Mettre le paquet sur la clientèle « loisirs »


En dépit des balbutiements de la nouvelle application SNCF Connect, « nous enregistrons de très bons résultats pour ces vacances d’hiver », confirme Jean-Pierre Farandou,


En revanche, la clientèle d’affaires, celle à plus forte contribution, tarde à revenir. « En fin d’année 2021, nous étions entre 65 et 70% de notre clientèle », confirme le président du groupe SNCF.


Les nouveaux comportements : télétravail, conférences numérisées… laisseront des traces durables. « Il est certains que nous ne retrouverons pas rapidement, sur ce marché, le niveau d’avant-crise », estime Jean-Pierre Farandou, qui évoque quelques compensations, « nous récupérerons des voyageurs de l’aérien qui, pour des raisons environnementales, préfèreront choisir trois heures de tarin plutôt que l’avion, ou des trafics en provenance de collaborateurs s’étant éloignés de Paris ou des Métropoles et qui souhaiteront y revenir de temps à autre ». D’où son idée de « mettre le paquet sur la clientèle loisirs ».


De son côté, l’autre filiale, Keolis, dont les résultats seront détaillés prochainement, termine 2021 sur un chiffre d’affaires de 6,3 Mds€, en baisse de 4% par rapport à 2019, mais en progression de 3% par rapport à 2020.


Du côté financier, Jean-Pierre Farandou insiste sur la robustesse et la résilience de son modèle. Après le versement de la dernière tranche de reprise de la dette (10 Mds€ sur un total de 35 milliards d’euros), le niveau d’endettement du groupe se situait en février à 26,3 Mds€.


Avec un résultat net récurrent négatif de 185 M€, et compte tenu de la cession de la filiale Ermewa, le résultat net ressort positif de 890 M€.