• Jean-François Bélanger

France Urbaine interroge les candidats à la Présidentielle

28/03/2022 - Les associations France Urbaine et Intercommunalités de France ont souhaité connaître la position des candidats à l’élection présidentielle par rapport à leurs préoccupations. La restitution a eu lieu le 22 mars 2022au cours de l’audition des candidats, ou de leurs représentants.


A l’Institut du Monde Arabe à Paris, le 22 mars, Louis Alliot demande la construction des LGV du sud du pays.

Comme pour d’autres organisations, le moment est propice pour faire connaître ses propositions, alors que le pays s’apprête à choisir son président, puis ses représentants.


C’est le cas par exemple, pour Intercommunalités de France, qui fédère près d’un millier de collectivités, soit 17 métropoles, 210 communautés d’agglomérations et urbaines, 10 établissements publics territoriaux de la métropole du Grand Paris et 730 communautés de communes.


Depuis 1989, cette association contribue à la décentralisation des politiques publiques. Dans le manifeste qu’Intercommunalités de France a remis à chaque candidat, on ne relève toutefois pas grand-chose concernant les mobilités si ce n’est son vœu « d’accélérer nos transitions écologiques et énergétiques au cœur des territoires ».


Pour Louis Alliot, « il faut réaliser les LGV du sud de la France »


Ce 22 mars étaient donc conviés les candidats à l’élection présidentielle où leurs représentants. Dans cet exercice, le maire de Perpignan, Louis Alliot (Rassemblement National), s’exprimant au nom de Marine Le Pen, s’est distingué en se prononçant en faveur de la construction des LGV Bordeaux-Narbonne et Montpellier-Perpignan.


« Une façon de rééquilibrer la politique d’aménagement du territoire en faveur du sud du pays », a-t-il revendiqué.