• Michel Chlastacz

L’Europe à la rescousse de la ligne Bucarest-Danube


15/12/2020 - Le 7 décembre 2020, CFR-SA, gestionnaire d’infrastructures ferroviaires roumain associé au groupe d’ingénierie Port Contruct, a signé un contrat avec le groupe autrichien PORR pour la rénovation de la ligne Bucarest-Giurgiu (67 km) et la reconstruction du pont de Gradistea sur la partie terminale de la ligne. Son l’effondrement en 2005 a coupé cet axe international* roumano-bulgare.

Un contrat à réaliser en trente mois d’ici mi-2023 dont le montant de 97 M € apporté par l’Union européenne n’est pas le principal aspect. En effet, cette ligne possède une double signification historique pour les pays concernés et joue un rôle d’avenir à l’échelle européenne.


La ligne Bucarest-Giurgui est la première voie ferrée construite en Roumanie en 1869 pour relier la capitale au port fluvial danubien de Giurgiu situé face à son homologue bulgare de Rusé.


Les deux villes sont reliées depuis 1954 par le « Pont de l’Amitié » sur le Danube, un ouvrage rail-route à deux niveaux d’une longueur de 2,2 km avec une partie centrale mobile de 85 mètres destinée à ménager le passage pour la navigation fluviale.


La ligne Bucarest-Giurgui est une section du corridor paneuropéen n° X (Helsinki-Alexandropoulos). Aussi, un investissement supplémentaire estimé à 210 M€ est à l’étude pour son doublement, électrification et mise à 160 km/h.


* Ce qui amené à détourner par Sofia le train international « Bosphorus Expres » qui relie Bucarest à Istanbul.