• Michel Chlastacz

L’Europe place CAF et l’Espagne en têtes de file de l’hydrogène ferroviaire


10/11/2020 - Le 2 novembre 2020, l’Union européenne a accordé une aide de 10 M€ au consortium FCH2RAIL chargé de créer, de développer et de tester de 2021 à 2025 un train à traction hydrogène dans le cadre du programme communautaire Horizon 2020.

Un coup de pouce non négligeable alors que les fonds de départ du consortium totalisaient 14 M€ dont 70% déjà issus de l’Union européenne.

FCH2RAIL est dirigé par le constructeur ferroviaire espagnol CAF en partenariat avec le groupe spatial allemand DLR, l’opérateur ferroviaire historique espagnol RENFE, le gestionnaire d‘infrastructures ferroviaire espagnol ADIF et son homologue portugais IP, Toyota Motors Europe, CNH2 (Centre espagnol de l’hydrogène) et l’équipementier ferroviaire Faively Stemmann Technik.

Le prototype du train sera mis au point sur la base d’une rame automotrice électrique triple de la série 463 CAF dite Civia qui est aujourd’hui très largement utilisée sur les réseaux de banlieues de la RENFE avec des compositions variées et immatriculations différentes*.

La rame d’essais serait dotée, outre de ses équipements classiques de traction électrique 3 kV continu, d’un système de traction hydrogène avec des batteries lithium-titanate. Les tests devraient amener à l’obtention d’une homologation sur les réseaux espagnol et portugais et sur un troisième réseau européen qui reste à déterminer.

Avec cette décision, les instances européennes veulent-elles stimuler la concurrence avec la filière hydrogène mise en place par Alstom durant ces dernières années avec l’I-Lint allemand ?

* La famille des rames Civia se compose des séries 442,463, 464 et 465 (2,3, 4 et 5 caisses) de la RENFE.