• Michel Chlastacz

Vers l’enquête d’utilité publique pour la LGV Montpellier-Perpignan



01/12/2020 - Le 26 novembre 2020, Carole Delga, présidente de la région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée et Étienne Guyot, Préfet de Région, ont réuni les membres du Comité de pilotage de la Ligne à Grande Vitesse Montpellie-Perpignan.


La présidente de Région et le Préfet de Région chargés par Jean-Baptiste Djebbari, ministre des Transports, d’une mission de pilotage sur ce « sujet prioritaire » pour l’État, ont informé les représentants des trois départements concernés (Aude, Hérault et Pyrénées-Orientales) ainsi que ceux des métropoles et agglomérations de Montpellier, Perpignan, Narbonne, Carcassonne, Béziers et Sète des modalités pratiques de la reprise du projet avec la préparation de l’enquête préalable à la DUP (Déclaration d’Utilité Publique) qui est prévue d’ici l’automne 2021.

Cette ligne à grande vitesse représente un investissement de 5,52 Mds€, pour lequel la région affirme vouloir s’engager dans le cadre d’une société de financement ad hoc. Aussi, le Préfet a annoncé la préparation d’ici le printemps 2021 d’un projet de protocole de financement.


La LGV permettra de dé-saturer la ligne actuelle, qui sera dédiée essentiellement aux TER et aux trains périurbains.

Son tracé passera plus à l’intérieur des terres afin d’échapper aux risques climatiques de type submersion marine qui affectent périodiquement la ligne existante, qui est tracée au plus près d’une côte lagunaire et sans reliefs notables.


D’une longueur de 150 km entre l’ouest de Montpellier et le sud de Perpignan, la ligne nouvelle reliera les LGV existantes du Contournement Nîmes-Montpellier et Perpignan-Figueras (Barcelone). Elle sera une ligne mixte voyageurs et fret accessible y compris à des convois de type « autoroute ferroviaire ».


Une caractéristique qui implique un tracé avec des courbes de rayons élevés, des rampes faibles (1‰ au maximum), la pose d’une voie capable de supporter des charges plus lourdes (22,5 t/essieu) avec un entraxe entre voies plus important afin de faciliter les croisements de trains de voyageurs et de fret, ainsi qu’une plus grande hauteur de la caténaire en raison du gabarit nécessaire aux trains d’« autoroute ferroviaire ».