• Michel Chlastacz

CRRC- FPS Cegielski, nouveau petit pas pour le géant chinois


07/09/2021 - Le récent lancement d’un appel d’offres de PKP Intercity (opérateur national ferroviaire grandes lignes polonais) pour l’acquisition de 95 locomotives dont 32 machines multi-courants est l’occasion d’un curieux rapprochement, celui entre le géant chinois CRRC (branche Datong*) et l’entreprise FPS Ciegelski.

Cette dernière a annoncé qu’elle participera à l’appel d’offres en partenariat avec CRRC pour proposer une machine type B°B° en version mono-courant (3 kV) et tricourant (3 kV continu + 25 kV alternatif + 15 kV 16-2/3 alternatif).


Équipées ERTMS et baptisées Zubr (Bison), ces locomotives pourront rouler à la vitesse maximale de 230 km/h.


II s’agit d’un matériel dont le créneau d’utilisation se situerait ainsi entre celui des locomotives classiques et celui des rames à grande vitesse et qui pourrait donc circuler en tête de rames tractées à la fois sur des lignes classiques à 160 km/h, sur des lignes rapides (comme la CMK Varsovie-Cracovie/Katowice apte à 200 et à 250 km/h) comme sur des LGV (entre 200 et 300 km/h).


FPS est la partie ferroviaire survivante du groupe HCP (Henryk Cegielski-Poznan) une entreprise plus que cent cinquantenaire qui est passée sous le giron de l’État durant l’époque communiste et qui, avant 1990, produisait notamment des locomotives électriques et diesel, des moteurs de marine et des machines-outils.


Après privatisation et démantèlement, la partie subsistante des activités ferroviaires rebaptisée FPS Cegielski s’est spécialisée dans la réparation, la rénovation et la construction de voitures de voyageurs grandes lignes.


Tout en affirmant sa volonté de se diversifier à court terme en reprenant la construction de locomotives électriques et en se lançant dans celle de rames automotrices électriques avec l’étude de versions à batteries et /ou à hydrogène.


Une orientation coûteuse et qui ne pourrait se concrétiser qu’en coopération avec des partenaires solides. Comme CRRC qui apporterait ici à la fois know how licences partielles et financements alors que FPS assurerait conception, design et montage final des matériels.


Le président de FPS relativise la portée du rapprochement avec le groupe chinois en le mettant en parallèle avec celui récemment effectué par PESA (autre constructeur ferroviaire local) avec Siemens dans le domaine des matériels de métros.


Néanmoins, dans ce contexte, il convient de rappeler qu’aujourd’hui FPS Cegielski est en majorité la propriété de l’État polonais via l’Agence de Développement Industriel (ARP) qui suivrait « quotidiennement » l’évolution du rapprochement.


Cette situation pose néanmoins la question de la stratégie de cet organisme qui bénéficie indirectement des aides européennes. Alors que, petits pas à petits pas, par contrats ou par rachats successifs, CRRC s’installe en Europe...



* La « branche » Zhuzhou de CRRC participe également à l’appel d’offres... flanquée de sa nouvelle filiale Vossloh !