• Michel Chlastacz

Creil-Beauvais, la ligne des expérimentations


ligne Creil-Beauvais

08/06/2021 - Petite ligne au trafic non négligeable, singularisée par des gares à l’architecture particulière et lieu d’expérimentations, la transversale Creil - Beauvais possède également la particularité historique d’avoir été durant deux décennies l’itinéraire ferroviaire entre Paris et Beauvais.


Elle a été mise en service en 1857, alors qu’il a fallu attendre 1877 pour que soit achevé, et en plusieurs étapes, l’actuel itinéraire Paris-Épinay-sur-Seine-Persan-Beaumont-Beauvais-Abancourt-le Tréport.


C’est une courte ligne de 37 km à voie unique* avec dix gares intermédiaires dont quatre gares de croisement et avec un profil facile (rampes maximales de 15‰ et courbes de plus de 350 m de rayon).


Construite par l’éphémère « Compagnie des Ardennes », elle a été rétrocédée dès sa mise en service au « Chemin de fer du Nord ».


Quatre de ses gares (Beauvais, Ciré-les-Mello, Hermes-Berthecourt et Mouy Bury) ont été construites dans un curieux style néo-médiéval qualifié de « Troubadour » et qui a été bien conservé au fil des rénovations. La dernière d’entre elles a porté en 2019 sur la gare de Mouy-Bury.


Aujourd’hui, cette ligne équipée du Block manuel est desservie en 36 à 50 minutes (selon le nombre d’arrêts intermédiaires : 4, 5 ou 10) par onze allers-retours Creil-Beauvais et trois allers-retours Creil-Beauvais-Abancourt.


Une desserte relativement dense - quasi-cadencée - et une fréquentation quotidienne non négligeable, de l’ordre de 1200 à 1500 voyageurs.


Une ligne qui a souvent expérimenté de nouveaux matériels


Alors que durant les années 1930 le réseau du Nord avait choisi Creil-Beauvais pour exploiter ses deux autorails Renault VH de présérie en 1934-1935, il y avait expérimenté auparavant en 1932-1933 les autorails Michelin à bandages pneumatiques, les « Michelines série 11 », affectées au dépôt de Creil.


Micheline à Ciré-Les-Mello en 1933.

Une vocation expérimentale qui devrait bientôt renaître. En effet, avec d’autres lignes ou sections de lignes réparties dans cinq régions, la région des Hauts-de-France, partenaire de l’expérimentation avec l’État, la SNCF et Bombardier Transport, a choisi la ligne Creil-Beauvais pour tester en 2023 les futurs AGC bi-modes B 81500 reconvertis en « tout électrique » grâce au remplacement de leurs deux moteurs diesel par des batteries au lithium.


Un choix effectué en raison de la situation technique de la ligne. Encadrée par deux axes équipés en 25 kV (Paris-Creil-Amiens et Paris-Persan-Beaumont -Beauvais), sa longueur est en parfaite adéquation avec les 80 km de capacités d’autonomie affichée pour les AGC convertis aux batteries.


Et leur utilisation conviendrait notamment aux services Creil-Beauvais-Abancourt, car les gares de Creil et de Beauvais équipées de caténaires serviraient de points de recharge aux arrêts...


 

* Toutefois la plate-forme avait été prévue pour la double voie qui n’a été posée que sur la courte section Montataire -Creil (2,9 km).