Fond-MM_edited.jpg
  • Pierre Cossard

L’UTP sur tous les fronts

Claude Faucher,

délégué général de l'UTP



L’Union des Transports Publics et ferroviaire (UTP) était au cœur des débats qui ont animé la fin 2017 autour de la mobilité. Quels sont les grands chantiers de l’année 2018 qui commence ? Entretien avec Claude Faucher, délégué général.






27/02/2018

Propos recueillis par Pierre Cossard




Mobilités Magazine : petit retour en arrière, du point de vue des adhérents de l’UTP, comment qualifier l’année 2017 ? Claude Faucher : cette année électorale a d’abord été marquée par la nomination d’Elisabeth Borne, ministre de plein exercice en charge des transports, ce qui correspondait exactement à nos préconisations. Nous en avons été doublement satisfaits car Madame Borne connaît très bien notre secteur. Mais, 2017 a aussi été l’année du début d’une transition aux multiples visages : énergétique, numérique, concurrence modale et préparation de l’ouverture à la concurrence ferroviaire et des services routiers en Ile-de-France. Nous sommes donc entrés dans une période de forte remise en cause : toutes les cartes sont rebattues. Face à cette évolution, en juin 2017, l’UTP a évolué pour accueillir de nouveaux acteurs de la mobilité durable au sens large (stationnement, vélo en libre-service, plateformes de services, etc.). Nous avons également finalisé, avec le Groupement des autorités responsables de transport (Gart, ndlr) et les autres partenaires, les Etats généraux de la mobilité durable engagés à l’été 2016, puis nous avons activement contribué aux Assises de la Mobilité. Parallèlement, nous avons poursuivi notre action en matière de dialogue social, qui a notamment abouti, en décembre dernier, à la signature d’un accord sur la sécurisation des parcours professionnels dans le transport urbain. ​ M. M. : l’UTP s’est beaucoup impliquée dans les Assises de la Mobilité, quels points de vue avez-vous tenus à défendre plus particulièrement ? C.F. : les ateliers d’experts ont été importants pour l’UTP, car ils nous ont permis de porter nos idées. La quasi-totalité de nos propositions a été reprise dans les six rapports remis à la ministre, et nous en sommes satisfaits. Grâce à tout le travail fourni, nous sommes prêts pour les échéances de 2018. Cette année est comparable à ce que fut 1982 avec la Loti. Les sujets seront très nombreux, avec un fort impact social. Il nous faudra enfin suivre l’actualité européenne susceptible d’avoir un impact sur notre secteur : il ne faut pas oublier que plus de 80% de la législation en France découle de l’Union européenne. Le futur règlement sur les droits des passagers dans le ferroviaire, le volet technique du quatrième paquet ferroviaire, les questions relatives au numérique ou les travaux en cours sur la directive Accessibilité comptent parmi des sujets sur lesquels nous travaillons. ​ M. M. : résultats de votr