Fond-MM_edited.jpg
  • Jean-François Bélanger

L’aventure va commencer pour Railcoop

15/02/2021 - L’appel aux sociétaires de Railcoop a connu une accélération ces dernier temps. Le seuil de 1,5 M€ nécessaire pour obtenir à la fois la licence d’opérateur ferroviaire et le certificat de sécurité est désormais atteint. Le ministère des Transports sera saisi en mars prochain, dès le prochain conseil d’administration de Railcoop.


carte de france : Les projets voyageurs de Railcoop.
Les projets voyageurs de Railcoop.

Railcoop sera-t-il le premier opérateur ferroviaire sous statut coopératif en France ? Et réussira-t-il là où d’autres entreprises nationales largement subventionnées ont échoué ?


C’est le pari, comme un pied de nez, que tente Railcoop sur la liaison directe Bordeaux-Lyon, abandonnée depuis 2014, pour commencer.


Devenue il y a un peu plus d’un an une Société Anonyme à capital variable, la Société Coopérative d’Intérêt Collectif Railcoop veut concrétiser l’appétence actuelle pour les transports en train encouragée par ses qualités environnementales.


Elle vient de dépasser la barre des 1,5 M€ de capital, ce qui l’autorise à solliciter auprès du ministère des Transports sa licence et son certificat de sécurité, préalables à toute mise en œuvre d’exploitation.


Dans l‘hypothèse positive, celle-ci passera par Lyon-Bordeaux* à l‘été 2022, avec trois allers et retours quotidiens, dont un de nuit.


Nouvelle Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes sollicitées


Les perspectives financières sont cependant encore floues. Côté ressources, elles reposent sur une grille tarifaire qui sera discutée en mars également en assemblée générale et qui s’adressera aux 690 000 passagers que l’étude de marché a définie entre Bordeaux et Lyon.


Côté dépenses, c’est la même chose. Il est prévu dans un premier temps d’acheter du matériel d’occasion à la SNCF, des anciennes rames X72500, qui seront rénovées pour plusieurs dizaines de millions d’euros.


Que donneront les négociations avec SNCF Réseau pour ce qui est du péage aux voies ferrées ? Et qu’en sera-t-il des embauches nécessaires à l’exploitation ?


Au-delà des sociétaires privés, force est de constater que Railcoop séduit de plus en plus de collectivités**. Mais Railcoop en veut encore davantage. Elle s’est adressée aux régions concernées par ce premier projet, Nouvelle Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes, sans réponse à ce jour.


Elles seront indispensables pour assurer la viabilité de ce premier projet et pour mettre un terme à l’abandon des relations ferroviaires non denses.


D’autres suivront avec les perspectives annoncées pour Lyon-Thionville et Toulouse Rennes, des liaisons d’ores et déjà notifiées à l’Autorité de Régulation des Transports.


Ces collectivités seront vraisemblablement au cœur des questions financières qui ne manqueront pas de se poser à Railcoop.


En attendant, la toute première réalisation devrait toutefois consister en des services fret conventionnés entre Toulouse et Brive, avec des wagons en location, cette fois dès la fin de cette année.


*Les gares desservies entre Bordeaux et Lyon-Part Dieu : Libourne, Périgueux, Limoges, Saint-Sulpice-Laurière, Guéret, Montluçon, Gannat, Saint-Germain-des-Fossés et Roanne.


**Les collectivités engagées à ce jour avec Railcoop : le Département de la Creuse, le Syndicat mixte du Livradois-Forez, les villes de Gannat et de Vichy, la Communauté de Communes de Saint-Pourçain-Sioule-Limagne, Vichy Communauté, Montluçon-Communauté et la Communauté d’Agglomération du Libournais.